• mars 4, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 295

Lait Une cellule de crise pour accompagner les laitiers en difficulté

Lait Une cellule de crise pour accompagner les laitiers en difficulté

En plus d’être mobilisée sur la loi EGAlim 2, la fédération nationale des producteurs de lait est son antenne locale, la section lait de la FDSEA 46 se mobilise face à la hausse des charges. En effet, dans ce contexte de hausse des charges, l’application de la loi EGAlim 2 est cruciale. C’est pour cela, qu’une cellule de crise départementale s’est réunie ce 22 février à Cahors. L’objectif est de détecter et d’accompagner les producteurs de lait qui connaissent des difficultés de trésorerie importante.
Thierry Roquefeuil expliquait aux assises de la FNPL de décembre dernier la démarche « Avec les pouvoirs publics, on a mis en place une cellule de crise au niveau national », trois départements (Pyrénées-Atlantiques, Dordogne et Finistère) l’ont déjà relayée au niveau départemental. L’objectif est de repérer les producteurs en difficulté, avant que les problèmes ne soient trop complexes à résoudre. « Ca ne doit plus être un tabou, et c’est d’autant plus important avec la flambée des charges […] ». Le Lot s’inscrit donc dans cette initiative précieuse pour les éleveurs.
Cette cellule a donc réunie la FDSEA, les JA, le CerFrance, la Chambre d’Agriculture, les services de l’État, la MSA et les banques ainsi que l’association Agrisolidarité. Afin d’établir un premier état des lieux des exploitations en difficultés ainsi que des dispositifs à mettre en place pour éviter que toutes situations ne s’aggravent.
En plus des difficultés financières auxquelles sont confrontées les éleveurs, il a été question de l’accompagnement psychologie. Cette cellule doit permettre aussi de faire remonter toute forme de détresse afin de proposer un accompagnement psychologique. N’oublions pas qu’en France, un agriculteur se suicide tous les jours.
La section lait de la FDSEA du Lot, par l’intermédiaire de son président, Stéphane PONS rappelle « qu’il ne faut pas hésiter à se signaler en cas de difficultés, auprès des partenaires habituels ».