• juillet 16, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 343

La qualité des peaux à l’honneur

La qualité des peaux à l’honneur

L’abattoir de Saint-Céré est inscrit dans le programme FECNA de valorisation des peaux de veaux sous la mère pour la maroquinerie de luxe. Il s’agit de travailler cette qualité des peaux de l’élevage jusqu’ à l’abattage afin de sortir des cuirs d’excellence.

 

 

 

L’audit qualité final de l’abattoir s’est déroulé en juin et clôture plus d’un an de travail avec la Fédération Nationale des Cuirs et Peaux dans le cadre du projet FECNA. Sept abattoirs Français s’étaient positionnés sur cette action qui vise à valoriser au maximum la peau des veaux sous la mère. Ce débouché vient compléter la valeur bouchère de ces veaux, une viande d’exception qui fait la renommée de Saint-Céré. Des peaux qui, si l’animal est bien élevé et sa peau bien travaillée, pourront être vendues dans les meilleures conditions commerciales aux tanneurs. Mais cette démarche implique plus de 250 indicateurs de qualité, un vrai travail de spécialiste qui associe éleveurs et opérateurs en bouverie, sur la chaîne comme au saloir. L’abattoir de Saint-Céré s’en sort haut la main et a été validé pour remplir cette mission.

 

Les éleveurs impliqués

 

Plusieurs éleveurs de veaux sous la mère sont inscrits dans cette démarche et sont suivis par les techniciens pour améliorer la qualité des peaux de leurs veaux. En effet, la maroquinerie de luxe et la sellerie Française sont demandeurs de cette matière. Le marché souffre d’un déficit principalement du au manque de qualité, les peaux étant disqualifiées par des défauts provenant de l’élevage (piqûres d’insectes, teignes, poux, mouches, moustiques, griffures par objets des box…). Ces blessures laissent des traces irréversibles sur les peaux qui sont ensuite très difficiles à valoriser. Les tanneurs se sont donc rapprochés des acteurs de l’élevage pour mettre en place des protocoles techniques et sanitaires afin d’éviter toutes ces agressions et d’augmenter ainsi la part des peaux de premier choix. Les techniciens d’élevage sont mobilisés sur ce programme, réalisant des audits chez les éleveurs, pour améliorer leurs pratiques zootechniques et sanitaires. Ils travaillent sur la conception des bâtiments, le suivi sanitaire des animaux, et les différents aménagements à mettre en place pour éviter ces blessures.

Le président des éleveurs, Dominique Delmas, souligne « nous avons soutenu cet agrément qui permet d’assurer la continuité de notre travail en élevage afin d’aboutir à la valorisation de ces peaux de qualité. Ce programme implique toute la chaîne et l’abattoir en est un maillon indispensable. C’est là que les peaux sont isolées et triées avant l’envoi aux tanneries. Nous espérons maintenant que la plus-value dégagée va revenir en partie aux éleveurs… »

Le président du Civo (interprofession du veau sous la mère), Franck Terrieux, précise « je me réjouis de cet agrément que nous attendions. Désormais, l’abattoir va assurer la traçabilité des peaux inscrites dans le programme FECNA, et ce marquage qui continuera au cours du processus de tannage permettra d’identifier les meilleurs cuirs finaux. Nous allons maintenant réunir une commission économique pour évaluer le retour financier de cette démarche… »