• octobre 12, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 296

Sécheresse : Missions d’enquêtes calamité

Sécheresse : Missions d’enquêtes calamité

A la demande de la profession, le Comité Départemental d’Expertise du 6 septembre dernier, a validé le lancement de la procédure de reconnaissance calamité agricole. Les missions d’enquêtes organisées ces dernières semaines constituent le point de départ de la démarche. Le Comité National de Gestion des Risques en Agriculture (CNGRA) examinera ensuite le rapport d’expertise, les bilans fourragers réalisés et les cartes d’estimation des pertes pour décider d’une éventuelle reconnaissance du sinistre.

 

La première mission d’enquêtes conduite par la DDT et la Chambre d’Agriculture s’est déroulée le 27 septembre dernier. M. DE GEYER, chef du service économie agricole à la DDT, était accompagné d’Isabelle RESSEGUIER représentante de la Chambre d’Agriculture, Pierre MAGNE, agriculteur non membre du Comité d’expertise, Angélique RODRIGUES, technicienne à la Chambre d’Agriculture du Tarn et Garonne (experte hors département) et Christophe ROGER, chargé de mission à la Chambre d’Agriculture du Lot.

De CRAS chez M. BONHOMME en passant par MARTEL sur l’exploitation de M. BARRE puis à GOURDON chez M. DEJEAN ou encore à St MARTIN le REDON sur la ferme de Mme GRIALOU, à FRAYSSINET LE GELAT chez M. VALET et au GAEC de la Mouline à Saint DENIS CATUS, les constats ont été clairement posés :

Les pertes de récolte sont supérieures à 30 %. Les pertes souvent mesurées sur les premières coupes sont par contre très importantes sur le reste de la saison avec une absence de récolte en 2ème et 3ème coupe. De plus, un affouragement des animaux dans les prés a été réalisé dans la plupart des cas à compter du 20 juillet. Les stocks disponibles sont donc largement entamés. Malgré les pluies du mois de septembre, les températures très fraîches n’ont pas favorisées la pousse de l’herbe ; il est donc très difficile aujourd’hui d’organiser du pacage sans affouragement complémentaire. A en croire les éleveurs rencontrés, « l’hiver risque d’être très long ».

Au delà des pertes de récoltes, les prairies ont énormément soufferts du manque d’eau et des températures caniculaires. En effet, les agriculteurs visités ont montré des prairies crevées ou très fortement dégradées : « Des surfaces importantes sont donc à resemer ou à sur-semer pour retrouver une ressource fourragère au printemps 2023 ».

La deuxième mission s’est déroulée ce mardi 4 octobre sur un autre secteur à l’Est du département. La troisième et dernière mission est prévue sur le Quercy Blanc et le secteur de Limogne -Lalbenque le 11 octobre.

Obligation de la procédure , c’est une technicienne de la Chambre d’Agriculture du Tarn et Garonne, désignée experte hors du département, qui est chargée d’élaborer les bilans fourragers à fournir en complément du rapport réalisé par la DDT.

 

Un prochain Comité Départemental d’Expertise statuera sur la demande de reconnaissance à transmettre au niveau national avant l’examen en CNGRA.