• décembre 7, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 586

Danone Lacapelle-Marival : « La confiance est retrouvée et la porte est ouverte »

Danone Lacapelle-Marival : « La confiance est retrouvée et la porte est ouverte »

Après l’annonce de la reconversion de l’usine laitière de Villecomtal en produits végétaux et la menace qui pesait sur l’unité de Lacapelle-Marival, le groupe Danone a finalement confirmé son réengagement sur Lacapelle-Marival et sa zone de collecte Lotoise. Ayant désormais besoin de lait, il négocie de nouveaux contrats avec ses éleveurs et ouvre même la porte à de nouveaux producteurs, comme le précise Romain Gavoille, le président de l’OPSOL.

 

Producteur laitier à Labastide-du-Haut-Mont, Romain Gavoille a participé à la création de l’OPSOL en 2014 (Organisation des Producteurs Sud Ouest Laitier). Président depuis 2016, il négocie avec la direction du groupe Danone.

 

Romain Gavoille

DP : Quelle surface couvre votre organisation OPSOL ?

Romain Gavoille « Nous regroupons tous les producteurs laitiers du sud-ouest qui livrent au groupe Danone. Nous sommes donc répartis sur une très grande zone de collecte qui va du Lot au Pays Basque. Cela couvre tous les départements où sont les élevages comme le Lot, Gers, les Pyrénées Atlantiques… l’OPSOL compte 175 éleveurs dont 35 sur notre bassin Lotois du Ségala-Limargue… »

 

DP : Que devient l’usine de Villecomtal dans le Gers et les producteurs qui y livraient ?

Romain Gavoille « Danone est en train de démonter tous les équipements destinés à la transformation du lait, afin de réinvestir dans de nouvelles chaînes de fabrication de produits à base végétale, type « lait d’avoine ». l’usine va donc être entièrement reconvertie. Notre Organisation de Producteurs est donc entrée en négociation pour trouver des solutions.

Quelques producteurs ont décidé d’arrêter le lait. Pour notre groupe Lotois, Danone maintient son engagement de collecte du lait. Pour les producteurs des autres départements, nous sommes en train de négocier leur reprise avec deux autres groupes laitiers. La stratégie de l’OPSOL est claire, personne ne doit être laissé au bord du chemin sans solution. Nous avons aujourd’hui bon espoir d’y parvenir car on a un vrai bassin de consommation et des usines de transformation… »

 

DP : « Qu’est ce qui explique l’attachement de Danone à Lacapelle-Marival et aux éleveurs du Lot ?

Romain Gavoille « Plusieurs éléments entrent en ligne de compte. C’est d’abord le tassement de la collecte nationale qui fait que les industriels laitiers ont aujourd’hui besoin de volumes. Notre bassin Lotois représente 20 millions de litres. C’est ensuite notre qualité de lait qui est reconnue comme l’une des meilleures, et notre concentration sur quelques cantons qui réduit les coûts de collecte. L’usine de Lacapelle-Marival justifie son activité d’écrémage et de concentration du lait pour sortir un produit qui est bien valorisé. Il part sur les sites de Ferrières en Bray et à côté de Lyon. Par ailleurs, on a un groupe d’éleveurs très dynamique qui se forme en permanence, notamment sur les méthodes de production durables et le bien être animal. Il y a donc une réelle dynamique de technicité ici… »

 

DP « Comment évoluent les contrats et surtout les prix qui sont proposés ? »

Romain Gavoille «Danone  a suivi la flambée des coûts de production en nous augmentant cette année le prix de l’ordre de 22 % par rapport à 2021. Nous avons également voulu améliorer la réactivité face à la volatilité des charges, nous avons donc demandé et obtenu dès juin une indexation trimestrielle du prix. Cela nous donne une meilleure visibilité dans cette conjoncture devenue vraiment très inflationniste. Je pense que Danone a pris conscience qu’il devait s’ouvrir à nos demandes et négocier dans une ambiance franche et porteuse d’avenir. Nous préparons donc de nouveaux contrats pour 2023 avec l’ambition de conforter les litrages. Les producteurs peuvent demander des augmentations de volumes et Danone ouvre même la porte à de nouveaux éleveurs qui souhaiteraient nous rejoindre. Ainsi l’horizon s’éclaircit et cela doit nous permettre d’installer des jeunes et de pérenniser ce secteur vital pour notre département… »