• décembre 12, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 297

Plan de relance ovin : Des actions en plein déploiement

Plan de relance ovin : Des actions en plein déploiement

Lancé l’an dernier, le plan de relance de la filière ovine est en cours de déploiement avec plusieurs actions. Ce plan de relance vivra par l’implication des éleveurs ovins. N’hésitez donc pas à contacter François Labrunie au 06 79 13 60 pour toute question, réflexion, ou envie de participer.

 

Essai pâturage hivernal de méteil.

Cet essai est mené au GAEC des Bories sur la commune du Vignon-En-Quercy. Implanté durant le mois de septembre, et composé d’un mélange de RGI (8%) vesce (15%), pois fourrager (10%), blé (19%), triticale (31%) et avoine (17%), il sera pâturé cet hiver par les brebis, puis récolté au printemps en ensilage. La méthodologie de l’essai est proposée par l’IDELE. En comparaison à la parcelle témoin non pâturée, seront comparés les rendements, ainsi que la composition du mélange et sa valeur alimentaire, en fonction de plusieurs niveaux de prélèvement par les animaux et à des stades plus ou moins avancés. Les mesures seront effectuées par François Labrunie, coordinateur du plan phase amont, en collaboration avec Laurent Fouché, un des associés. Le but de cette pratique, qui existe depuis plusieurs années au GAEC des Bories, est d’assurer de la disponibilité de fourrage de qualité sur pied, et ainsi d’économiser les stocks, de plus en plus sollicités en période estivale en raison du changement climatique. Cet essai vise à mesurer l’impact en terme de rendement, mais aussi en terme de valeur alimentaire : par exemple, quelles espèces sont impactées, ou non, par le pâturage?

Un autre essai est prévu pour l’hiver prochain et en cours en réflexion, toujours dans le but d’assurer du vert en hiver. On se dirigerait aussi vers un essai pâturage hivernal, mais cette fois-ci de céréales sous couvert de prairie, les céréales étant destinées elles à la moisson. Si vous souhaitez participer, ou apporter vos vécus, réflexions, vous serez les bienvenus.

 

L’organisation du travail.

C’est un point crucial en élevage ovin. En premier lieu, il conviendra de comptabiliser le temps effectif, au-delà de l’estimation, du temps de travail, en se focalisant sur les tâches liées à l’élevage . Pour cela, les associés et salariés d’une dizaine d’exploitations volontaires, sous statut individuel, en société, avec des systèmes variés (dominante bergerie, dominante plein air…) seront équipés via leur smartphone, dès la fin de l’année, d’une application développée par la société Aptimiz, qui «chronométrera», sur une durée d’un an, leur temps de travail, en fonction de la tâche effectuée. L’intérêt est double, personnel car il sera effectué une photographie du travail sur chaque exploitation participante, et collectif car cela visera à contribuer à des solutions pour l’ensemble de la filière. Les participants seront au centre d’une démarche de réflexion, en réels faiseurs de solutions. Cette action sera couplée à une formation avec le groupe équipé pour analyser les pratiques, dégager des solutions mises en place, réfléchir à d’autres.

 

Formation autonomie alimentaire

Le 6/12/2022 et le 10/12/2023, auront lieu, à Gramat, les deux journées de la première formation sur le thème de l’autonomie alimentaire, dans le cadre du plan de relance. Cette formation, intitulée «Économiser de la distribution de concentrés en élevage ovin», sera conduite par Laurence Sagot (Ciirpo-Idele). Elle rappellera des fondamentaux sur la conduite, plus que jamais d’actualité, et développera les résultats des essais en élevage de la ferme expérimentale du Mourier. Les échanges entre éleveurs seront favorisés, notamment à la fin de chaque journée, qui se déroulera en exploitation. Sur le même thème, une autre formation, assurée par Patrice Pierre (Idele), sera consacrée à l’amélioration de l’autonomie fourragère, énergétique et protéique, par la voie agronomique, en contexte de changement climatique. Cette formation se déroulera durant l’hiver 2023-2024.