• février 23, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 434

Journée de visite organisée par la Chambre d’agriculture sur le terrain pour la préfète du Lot.

Journée de visite organisée par la Chambre d’agriculture sur le terrain pour la préfète du Lot.

Présentation de l’exploitation du GAEC Les Bories : l’occasion de parler de la filière ovine et de la filière porcine en présence de la FDSEA du Lot des Jeunes agriculteurs du Lot et du syndicat ovin.

 

Poursuite de la visite sur L’atelier porcin au GAEC les Bories avec Lionel Fouché

« la filière a subit une crise sans précédent en 2022. Nous ne sommes plus qu’une 20aine comme nous sur le département. Sans notre méthaniseur mis en route en 2021, l’équilibre économique de notre exploitation serait en péril ! »

 

Seconde visite chez Philippe Jardel sur la crise de la filière noix :

En présence du comité interprofessionnel des fruits à coque Station Expérimentale de la Noix de Creysse ainsi que du Président de la communauté de commune de Cauvaldor Raphaël Daubet.

« Nous avons 3 risques importants : le risque sanitaire avec de nouveaux ravageurs pour lesquels nous avons de plus en plus de contraintes en terme de traitement. Le risque économique avec une production mondiale qui pousse les prix à la baisse et nous avons tous des stocks importants invendus dans un contexte commercial aberrant pour le revenu du producteur. Enfin le risque politique avec des règles douanières qui faussent la concurrence et une incapacité de l’administration française à aider à la création de retenue pour irriguer « 

Exploitation de Philippe Jardel :

  • adhérent au groupement de producteurs Valcausse
  • 2 salariés permanents et des saisonniers.
  • 52 ha de noix et 12 ha de châtaigne.

 

La filière noix

« Aujourd’hui on s’est spécialisé, pourtant on perd de l’argent tous les ans depuis quelques années avec les aléas climatiques. On a plus capacité à réinvestir ! En plus certains font aussi du palmipède et ont la double peine avec la grippe aviaire »

Benoît Labroue

 

3ème visite, chez Valcausse, pilotée par Thierry Chassaing son président et Patrice Vacher son directeur
« On est pas armé pour concurrencer les gros producteurs mondiaux qui ne sont pas assujettis aux mêmes réglementations et aux mêmes charges, l’État doit faire le nécessaire sinon le devenir de la filière est en péril à court terme d’autant que dans ce contexte aucun jeune ne veut reprendre nos exploitations « 
4e visite, au GAEC Combe de Caix à Peyrilles
Les exploitations laitières sont confrontées aux conséquences du changement climatique et doivent prendre des mesures pour s’y adapter. Dans ce contexte, le curage des lacs d’irrigation c’est très bien on l’a fait ! Mais cela ne suffit pas : il faut accompagner la création de nouvelles retenues en dépassant les clivages politiques du pour au contre. Récupérer l’eau d’hiver pour irriguer l’été, c’est tout naturel