• mars 8, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 258

AVDVL : Bilan de la restructuration du vignoble

AVDVL : Bilan de la restructuration du vignoble

L’association des vignerons pour le développement du vignoble s’est réunie le 24 janvier à Cahors pour dresser le bilan du programme de plantation. 60 ha plantés sur les trois dernières années, des surfaces nettement insuffisantes pour maintenir le potentiel viticole Lotois !

 

Les membres de l’AVDVL, représentant l’ensemble des structures viticoles, syndicales et chargées du développement (Chambre d’agriculture…), se sont retrouvées à la maison de l’agriculture sous la présidence de Vincent Dols. Rappelons que cette association, pilotée par la profession, a pour objet le maintien du patrimoine viticole Lotois avec l’accompagnement de sa restructuration et des expérimentations diverses pour préparer son avenir.

 

Baisse d’activité

Les chiffres dévoilés par le Recensement Agricole 2020 inquiètent la profession. Sur les dix dernières années, on note un réel recul de la filière viticole. Le département compte 232 vignerons contre 350 en 2010, soit une baisse de 34 %! La surface Lotoise en vigne est passée de 5210 ha à 4944, soit une perte de 266 ha. Quant au volume global de vin produit, il est en fort recul à cause de cette baisse des surfaces et surtout des rendements très affectés par les sinistres climatiques à répétition (gels de printemps, orages de grêle, canicules et sécheresses…). Cela se traduit par de réelles difficultés à installer des jeunes et à assurer la continuité des domaines viticoles. Les responsables professionnels déplorent également une inadéquation entre l’offre et la demande. Les candidats au métier recherchent plutôt des petites surfaces de 8 à 15 ha en terroirs qualitatifs pour produire et commercialiser en circuit court, alors que les domaines plus grands peinent à trouver des repreneurs.

 

Restructuration

L’association présentait ensuite le bilan du programme de restructuration 2018-2021. 78 exploitants avaient inscrit 160 ha de surfaces, mais seuls 60 ha ont été réellement plantés par 40 vignerons. Le président Vincent Dols et tous les membres déplorent cette insuffisance en soulignant qu’il faudrait planter au moins 200 ha par an juste pour maintenir le vignoble ! On en est très loin et l’érosion du potentiel viticole continue donc sur le Lot. On note que les plantations sont réalisées à 80 % en cépage Malbec et le reste en plusieurs cépages différents notamment de blancs. Le programme 2022 a vu 21 dossiers déposés pour une vingtaine d’hectares. Et celui de 2023-2025 commence avec 59 dossiers représentant 134 ha. Mais combien seront réellement plantés ? Pourtant, les aides à la restructuration collective ont augmenté dans le plan collectif, 13300 €/ha avec majoration pour les vignerons assurés et les jeunes agriculteurs. Tous les vignerons intéressés peuvent se rapprocher des conseillers de la Chambre d’agriculture.