• mars 8, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 356

Producteurs de fromages Rocamadour : Maintenir le cap dans une conjoncture difficile

Producteurs de fromages Rocamadour : Maintenir le cap dans une conjoncture difficile

Le Syndicat des Producteurs de Fromages Rocamadour était réuni en assemblée générale le 2 février à Gramat. Le président du syndicat, Benoît Bonizzoni, et son conseil d’administration saluaient l’excellent travail et l’engagement des producteurs dans un contexte économique qui s’est pourtant terriblement tendu en 2022. 

 

La flambée des charges de production n’a pas épargné la filière caprine et la dramatique sécheresse de l’été 2022 a compromis les stocks fourragers. Ce recul concerne aussi bien les producteurs fermiers qu’artisanaux la filière maintient tout de même des volumes conséquents,1 308 tonnes de fromage au total, situant le Rocamadour à la deuxième place des appellations caprines Françaises, qui ont également toutes souffert de cette conjoncture.

Benoît Bonizzoni appelait les producteurs à rester unis et solidaires pour traverser ces difficultés.

 

Démarche d’accompagnement

Le syndicat a conscience que les conditions de production sont aujourd’hui impactées par la crise énergétique qui atteint des niveaux inédits générant une forte envolée des charges. Le syndicat a donc décidé de lancer un questionnaire individuel pour repérer les producteurs en situation difficile, identifier leurs problématiques, et proposer un accompagnement ciblé individuel ou collectif en allant chercher des conseillers spécialisés, des experts partout sur le territoire. En complément, Camille Lavayssières va se former et pouvoir proposer aux adhérents de l’ODG deux diagnostics. La démarche d’évaluation CAP’2ER est une évaluation globale qui permet de situer son exploitation par rapport à un référentiel de systèmes équivalents et peut déboucher sur la mise en œuvre d’un plan d’action visant à améliorer le système de production et lutter contre le changement climatique par la réduction de l’empreinte carbone.

 

Contrôles qualité

Laetitia Maillard soulignait le sérieux et l’engagement des producteurs. Ils vérifient les conditions de production. Le syndicat a développé un petit cahier d’enregistrement des récoltes et pratiques fourragères pour bien noter ces éléments et faciliter la centralisation des informations et la réalisation des contrôles. Coté dégustation, la commission d’agrément s’est réunie 19 fois sur l’année et a dégusté plus de 150 échantillons de manière anonyme, quelques avertissements ont été prononcé, mais aucune suspension.

La moyennes des fromages dégustés sont en progression, preuve de l’amélioration de la qualité.

 

L ‘assemblée générale se tenait au grand couvent à Gramat

Alimentation des chèvres

La commission alimentation a lancé une démarche de référencement des différentes formules d’aliments commercialisées. L’objectif est d’avoir davantage de transparence et de traçabilité sur l’origine des matières premières qui les composent afin de garantir le respect du cahier des charges.

 

La commission élevage

Le président du syndicat, Benoît Bonizzoni, se félicitait de tout ce travail réalisé et remerciait les producteurs qui s’impliquent dans ces différentes commissions, ainsi que l’équipe d’animation.