• mars 28, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 434

Crise de la noix : Les nuciculteurs descendent en GMS

Crise de la noix : Les nuciculteurs descendent en GMS

A l’appel des FDSEA et JA de la Corrèze et du Lot, une quinzaine de producteurs de noix des 2 départements se sont rejoints à Brive jeudi dernier, pour vérifier l’origine des produits commercialisés et sensibiliser les gérants de magasin aux difficultés d’écoulement de leurs produits. Des relevés ont été faits chez Casino, Aldi, Lidl, Leclerc, Carrefour et Grand Frais. Dans l’ensemble, les distributeurs jouent le jeu, à l’exception notable de ce dernier.

 

Comme veut la tradition, le Bureau FDSEA du Lot a rencontré Mme la Préfète pour présenter la nouvelle équipe. L’occasion de ce rendez vous pour faire le point sur de nombreux dossiers. Au cœur d’une grande zone de production, Grand Frais Brive achète des sacs de cerneaux du Chili et les emballe sur place, en petits volumes. Impossible de rencontrer un responsable chez Grand Frais. Un échange téléphonique aura finalement lieu entre Michel Queille et le chef de secteur. Le vice-président de la FDSEA déclare : « les consommateurs sont capables d’acheter de la noix du Chili car on est capable de leur en proposer. Les producteurs demandent que les rayons soient alimentés en noix locales, rien de plus ». Alain Soulié complète en rappelant les intentions pédagogiques des producteurs. « Mais cela peut changer », prévient-il.

 

Les produits importés sont soigneusement étiquetés « N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas ». Chez Carrefour, on joue globalement le jeu en mettant en avant les noix achetées directement à un producteur de Dordogne. Le magasin avoue avoir baissé sensiblement les prix pour en faciliter l’écoulement. Mais Le groupe Carrefour n’est pas exempt de reproches quand on fouille le rayon « fruits secs ». Il commercialise notamment en MDD 1er prix des cerneaux à l’origine hors UE. Carton rouge pour l’entreprise DacoBello. En façade, un drapeau bleu blanc rouge qui laisse croire à un produit français. Il faut scruter les mentions au dos pour comprendre que la noix provient de Moldavie ou d’Ukraine. Le prix de la noix française serait-il le seul facteur limitant ? Pas sûr. Les écarts de prix sont à ne rien comprendre. Chez Aldi, on trouve des cerneaux AOP Noix de Grenoble à seulement 16,45 €/kg. Chez Carrefour, des cerneaux du Chili sont vendus en petits sachets jusqu’à 52€/kg.