• mai 12, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 353

Producteurs de semences de maïs : Des craintes sur les réserves d’eau pour la saison 2023

Producteurs de semences de maïs : Des craintes sur les réserves d’eau pour la saison 2023

Le syndicat des producteurs de semences de maïs du Quercy tenait son assemblée générale le 29 mars sous la présidence d’Alain Durade. Après des rendements 2022 très mauvais à cause de la sécheresse et de la canicule, les producteurs sont inquiets du déficit hydrique de cette fin d’hiver. Certains secteurs pourraient manquer d’eau et ne pas pouvoir irriguer cet été !

 

Les excès climatiques sont aujourd’hui la principale préoccupation des producteurs de semence de maïs. L’influence de la météo sur leurs résultats techniques et économiques devient prépondérante. On le constate bien ces deux dernières années car après une saison 2021 particulièrement bonne grâce à un été doux et pluvieux, la récolte 2022 a énormément souffert des excès de températures. Les producteurs ont connu des conditions d’irrigation dantesques avec une énorme charge de travail pour tenter de sauver leurs parcelles de maïs. Ils y ont épuisé toutes leurs réserves d’eau et certains secteurs en ont cruellement manqué. Le président Alain Durade soulignait« cet été 2022 a démontré que nous n’avons pas suffisamment de capacités de stockage alors même que nous voyons passer beaucoup d’eau en hiver ! La faute à cette politique publique qui nous interdit de créer de nouvelles réserves depuis plusieurs décennies. Aujourd’hui, c’est la viabilité même de la production qui est en jeu, et notre souveraineté alimentaire. Nous alertons la société entière car sans eau pas de semences de maïs, donc pas de maïs pour nos animaux et plus de viande ni de produits laitiers ! »

 

Rendements en berne

Le rapport d’activité montrait clairement les dégâts de la canicule 2022 sur les parcelles de maïs. Seuls les producteurs de la vallée du Lot ont sauvé leurs rendements atteignant entre 86 et 106 % de l’objectif grâce à l’eau de la rivière et à un microclimat favorable. Tous les autres secteurs ont subi de grosses pertes avec des brûlures sur feuilles, des épis mal fécondés et des rendements catastrophiques entre 55 et 65 % de l’objectif. Le résultat parle de lui même puisque le rendement moyen est passé de 42,38 qtx en 2021 à 24,95qtx en 2022, c’est à dire le pire de ces quinze dernières années ! Face à ce déficit de récolte et à l’envolée des charges de production, les acheteurs ont du faire un gros effort financier en augmentant sérieusement les prix d’achat du maïs. Grâce aux négociations engagées par le syndicat, les semenciers ont fait des gestes indispensables pour maintenir l’intérêt de cette culture. Avec l’ensemble des leviers activés, le syndicat finit son exercice à 96 % de l’objectif, ce qui n’est finalement pas mal.

 

De nombreux producteurs étaient venus participer

Conjoncture mondiale

Le syndicat avait invité Benoît Laborde, le président de l’AGPM maïs semence, pour faire un point sur la conjoncture. Celui-ci a rappelé que la France reste le grand leader des semences de maïs en détenant la moitié de la production Européenne. Une place stratégique confrontée aujourd’hui à un nouveau défi, maintenir les volumes. En effet, la sécheresse a sévèrement grévé les rendements et la guerre en Ukraine a aussi fait baisser les volumes de ce pays. Le niveau des stocks de semences est donc au plus bas, mais la demande reste constante au niveau Européen. Le marché a donc besoin de surfaces importantes en 2023 mais la flambée des charges et la tension sur l’eau dissuadent certains producteurs. Cette perte d’attractivité risque de déboucher sur un vrai manque de semences de maïs. Enfin, la rencontre s’achevait par une présentation de la création d’une Organisation de Producteurs semences qui regroupera les producteurs des six syndicats du sud-ouest. Cette OP est nécessaire pour répondre aux exigences de la loi Egalim, la contractualisation écrite de la vente des semences, c’est à dire la négociation des prix et des conditions avec les acheteurs. Les syndicats espèrent sa reconnaissance pour la saison 2024.