• juin 7, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 562

Les Sections Bovine et Laitière de la FDSEA dénoncent les propos de la cour des comptes

Les Sections Bovine et Laitière de la FDSEA dénoncent les propos de la cour des comptes

Communiqué FDSEA du Lot et Jeunes Agriculteurs du Lot

La Cour des Comptes recommande d’accélérer la diminution du cheptel pour mieux faire venir dans les assiettes des consommateurs des viandes produites à l’autre bout de la planète, qui ne respectent pas les normes environnementales et sanitaires.

Inacceptable…la profession dénonce un sacrifice de l’élevage bovin!

Dans notre région, de nombreux hectares de prairies et parcours sont valorisés par les herbivores. Ces surfaces en herbe constituent d’une part un stockage de carbone, d’autre part participent à un flux de séquestration annuelle de carbone assurant la compensation d’au moins un tiers des émissions totales des exploitations de ruminants. De plus, la matière organique valorisée par l’utilisation des fumiers et lisiers produits, représente une économie d’émissions de CO2.

L’élevage de ruminants est également une activité économique pilier de notre territoire. Le modèle d’élevage français, c’est en moyenne 60 vaches par exploitation, 80% d’herbe dans la ration alimentaire et 90% de l’alimentation produite en autonomie. Notre production de viandes bovines s’effondre en France, pour autant, la consommation elle, ne recule pas. Au contraire, elle est en progression sur ces derniers mois.

Alors, l’équation est simple à résoudre, cap sur les viandes importées. On constate une hausse des importations françaises de 23% en 2022 par rapport à 2021.

Quelle logique à ouvrir aux importations pour assurer la consommation française ? Car face au recul de la production française de viande bovine liée à la décapitalisation, il est constaté une nette hausse des importations françaises. Ce phénomène pourrait largement s’amplifier avec la stratégie incohérente de l’Europe de multiplication des accords de libre-échange ouvrant à des contingents toujours plus volumineux de viande bovine.

A écouter les débats actuels, rien d’autre dans l’économie ne serait plus dangereux pour l’environnement que nos vaches qui pâturent, alors que nos élevages bovins « cochent toutes les cases » des atouts environnementaux, économiques et territoriaux, indispensables à notre pays.

Contact :

LESCURE Pierre 0687033806 – Président section Bovine

DEILHES Frédéric 0614532614 – Président section Laitière