• juin 20, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 1445

Fermes de Figeac : SOLNOVO, expérimenter l’agriculture régénératrice des sols

Fermes de Figeac : SOLNOVO, expérimenter l’agriculture régénératrice des sols

La coopérative a lancé un programme de recherche action pour développer des pratiques régénératrices des sols. Vingt deux agriculteurs du Ségala-Limargue y participent. Pour les aider à prendre ces risques, elle a initié une campagne de financement participative sur la plateforme MiiMOSA, ouverte jusqu’à fin juin.

 

Les méthodes de travail des agriculteurs évoluent vers des pratiques agroécologiques pour mieux préserver les sols et l’environnement, tout en s’adaptant au changement climatique. Les organisations agricoles accompagnent cette évolution qui nécessite une remise en cause des techniques traditionnelles et exige des expérimentations pour évaluer la faisabilité et les contraintes de ces nouvelles pratiques. Ainsi la coopérative Fermes de Figeac a été lauréate de l’appel à projet Sol’séli dans le cadre du programme baptisé SOLNOVO initié par AgriSudOuest innovation pour accompagner cette transition vers une agriculture qui préserve les ressources naturelles tout en séquestrant du carbone. L’objectif est de montrer que ces nouvelles pratiques sont compatibles avec le maintien d’une bonne productivité.

 

Prise de risque

Cependant, les agriculteurs impliqués prennent des risques en changeant leurs méthodes de travail. La conseillère de la coopérative, Floriane Fages, souligne « beaucoup d’agriculteurs sont prêts à aller vers des pratiques agroécologiques mais le principal frein est la prise de risque technique et financière. C’est pourquoi la coopérative a lancé une campagne de financement participative en partenariat avec la plateforme MiiMOSA (https://miimosa.com/fr/projects/pour-un-segala-li-margue-lotois-agroecologique). Chaque citoyen peut ainsi contribuer au financement de ces expérimentations, ce qui constitue une nouvelle manière de créer du lien entre les agriculteurs et la société. Cela permet de partager ces risques tout en comprenant mieux les apports de ces pratiques de régénération des sols… »

 

Témoignage

Eleveur laitier à Montet et Bouxal, Antoine Roux cultive chaque année16 ha de maïs. Il a adhéré au programme SOLNOVO « Aujourd’hui, nous devons nous adapter au changement climatique et aux nouvelles méthodes de travail agroécologiques. J’ai donc décidé de rentrer dans ce programme car le sujet m’intéresse. Auparavant, je labourais mes parcelles et préparais le sol, puis je semais le maïs et laissais le sol nu après récolte. Je constatais beaucoup d’érosion et un manque d’eau pendant l’été puisque je n’irrigue pas et j’ai des terres de ségala très sableuses avec une faible capacité de rétention en eau. Maintenant, je mets en place un couvert végétal après la récolte fin septembre, de l’avoine ou du colza fourrager. Il permet de bien maintenir la structure du sol pendant tout l’hiver, d’éviter l’érosion due aux fortes pluies et de capter l’eau. Je le détruits fin février par désherbage mais je ne laboure plus. J’épands le fumier, le lisier, puis un seul passage superficiel de déchaumeur à disques et je pratique ensuite le semis direct. Cela permet d’économiser plusieurs passages de tracteur tout en maintenant la souplesse du sol, le fumier conservant l’eau. Je fais appel à la CUMA Lot-Environnement qui vient semer avec son combiné Oekosem équipé de dents travaillant juste la ligne de semis et positionnant l’engrais en localisé. Cela me simplifie beaucoup le travail et le maïs pousse très bien. Je constate que le sol restes souple et humide, et je n’ai pas besoin de biner. J’ai commencé à tester ces pratiques sur quelques hectares et j’en suis très content, je compte les élargir à d’autres surfaces en maïs sur des terres différentes qui vont me permettre d’étendre ma rotation… »