• juillet 6, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 1251

Abattoir de Saint-Céré : Un nouvel élan avec la création d’une SEM

Abattoir de Saint-Céré : Un nouvel élan avec la création d’une SEM

L’unique abattoir multiespèces du département à Saint-Céré est indispensable aux filières agricoles Lotoises en circuit court. Sa restructuration est en bonne voie avec la création d’une Société d’Economie Mixte et des investissements porteurs d’avenir.

 

Après des difficultés d’exercice, l’abattoir géré par la Communauté des Communes Cauvaldor et la ville de Saint-Céré avait fait l’objet d’un audit complet par la Chambre d’agriculture en 2021 et 2022. Ses conclusions ont débouché sur une restructuration de l’outil qui s’avère plus que jamais indispensable aux filières de production en circuit court, veaux, porcs, agneaux… Les éleveurs en ont besoin pour faire abattre leurs animaux qu’ils transforment et vendent localement. Il est apparu la nécessité de réaliser des investissements conséquents pour moderniser certains équipements et offrir de nouveaux services pour améliorer la valorisation des animaux et capter ainsi de nouveaux tonnages. Afin de mener à bien ce programme, la gouvernance de l’abattoir va évoluer. Le gestionnaire actuel, Cauvaldor, va céder la place à une SEM (société d’économie mixte) qui réunit des partenaires publics et privés. Elle intègre désormais plusieurs Communautés de Communes et la Chambre d’agriculture. Trois d’entre elles ont déjà rejoint cette SEM, Cauvaldor, la Communauté des Communes Quercy-Bouriane et celle du Causse de Labastide-Murat. Elle va ainsi pouvoir bénéficier d’un fonds de roulement élargi porté à 500 000 € dont les deux tiers financés par les collectivités adhérentes. Cette nouvelle dynamique doit permettre d’augmenter les volumes d’abattage et investir dans des équipements modernes, notamment obtenir l’agrément pour la fabrication de steaks hachés. Des perspectives encourageantes pour assurer l’avenir de l’outil et sécuriser les filières d’éleveurs en circuit court. L’abattoir vient d’ailleurs d’embaucher depuis le mois de mars un nouveau directeur, Gilles Revel, pour mener cette restructuration à bien.