• juillet 31, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 439

Viticulture : Situation de crise sanitaire et économique

Viticulture : Situation de crise sanitaire et économique

Le vignoble Lotois traverse une situation de crise grave. Celle-ci est due à la fois à l’état sanitaire catastrophique des vignes sévèrement attaquées par le mildiou, et au recul du marché des vins dont les ventes s’effondrent. Une première cellule de crise s’est tenue le 18 juillet.

 

La saison 2023 avait pourtant bien commencée pour les vignes Lotoises qui présentaient une belle sortie de grappes mais la météo capricieuse est venue encore une fois tout gâcher ! Les conditions climatiques exceptionnelles, dignes des zones tropicales, avec une pluviométrie abondante, une humidité excessive, et des orages à répétition, ont provoqué une explosion des maladies fongiques, notamment le mildiou et le black rot. Ceux-ci ont envahi les vignes, particulièrement en vallée du Lot entre Pradines et Albas, mais aussi les plateaux. Les techniciens ont compté plus d’une douzaine de générations successives du champignon, un nombre très élevé qui rend la lutte préventive excessivement difficile. Le mildiou n’a pas pu être enrayé et s’est propagé sur feuilles et grappes. En vallée du Lot, les secteurs les plus impactés, à plus de 75 %, augurent de très grosses pertes de récolte. De plus, ces conditions risquent de générer des attaques de botrytis à craindre en allant vers la récolte.

 

Mévente du vin

Parallèlement, le marché des vins accuse le contrecoup de l’inflation et de la baisse du pouvoir d’achat des ménages. Produit festif, le vin ne fait pas partie des aliments prioritaires pour les consommateurs. Les ventes sont en régression depuis un an, particulièrement pour les vins rouges dont le vrac recule et qui accusent une baisse de 20 % en catégorie vins bio. Les marchés sont donc très tendus, les prix tirés à la baisse et les ventes en berne. Cette situation se conjugue malheureusement avec la crise sanitaire et vient dégrader encore plus les perspectives économiques d’une filière déjà fragilisée par les nombreuses crises climatiques de ces dernières années.

 

Cellule de crise

Une première cellule de crise s’est tenue le 18 juillet en présence des représentants de la DDT, des syndicats viticoles Lotois et des organisations professionnelles (Chambre d’agriculture, MSA…) pour trouver des réponses à cette crise. Ayant identifié la situation de détresse psychologique de certains vignerons, la MSA a décidé d’ouvrir un numéro vert (AgriEcoute : 09 69 39 29 19) que tous ces viticulteurs peuvent contacter pour parler de leurs problèmes. D’autres mesures sont également envisagées comme le dégrèvement de la TFNB (Taxe sur foncier non bâti), ou la prise en charge des cotisations sociales par le FASS. Côté assurance, les effets des maladies ne sont pas pris en compte par l’assurance récolte, ce qui fait l’objet d’une négociation nationale. Un nouveau point sera réalisé début septembre, à la veille des vendanges, avec une cartographie plus précise des zones sinistrées et une évaluation des dégâts finaux sur la récolte 2023, ainsi que sur les pertes de fond au niveau des plants de vigne.

 

Nicolas FOURNIÉ

Président du syndicat du vin de Cahors

« Toute l’appellation est touchée par le mildiou et le black rot à des degrés divers, le pire se situant en vallée du Lot amont. Le cépage Merlot est très touché et les vignerons en bio particulièrement sinistrés malgré la vingtaine de traitements effectués ! Ce printemps, les viticulteurs ont travaillé dur, investi lourdement dans les produits, et sont consternés par l’avancée inexorable des maladies. De plus, le marché du vin rouge est très tendu, ce qui provoque le désarroi et l’interrogation de nombreux producteurs. Nous avons demandé la création d’une cellule de crise exceptionnelle pour suivre la situation mais il est clair que nous aurons besoin de la solidarité publique pour passer ce cap très difficile pour de nombreuses exploitations viticoles… »

 

David GIRARD

Président du syndicat des vins des côtes du Lot, membre de la Chambre ‘agriculture du Lot

« La situation sanitaire est terriblement compliquée, la zone la plus touchée est l’est de l’appellation y compris sur les plateaux. La récolte 2023 est largement compromise au niveau du rendement espéré, ce qui va encore gréver des stocks déjà très affaiblis par les mauvais rendements dus aux gels successifs des dernières années. Les syndicats viticoles nationaux suivent la situation de près et ont alerté le Ministre de l’agriculture qui réfléchit aux mesures d’urgence à prendre… »