• décembre 1, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 226

Le Lactocorder : Un outil qui permet une analyse fine de la traite

Le Lactocorder : Un outil qui permet une analyse fine de la traite

Le lactocorder est un compteur à lait mobile utilisé lors des assistances traites qui est capable de donner des informations précises sur la cinétique d’émission du lait : courbe d’éjection du lait, débit maximal, temps de sur traite…ce qui peut permettre de caractériser la traite des vaches laitières. Si les critères ne répondent pas aux objectifs, le diagnostic peut permettre une remise en question des pratiques de traite ou des réglages du matériel de traite… Cette étude réalisée dans le LOT présente les résultats issus de 27 assistances traite avec lactocorders et 1246 vaches.

 

L’éjection du lait

La courbe d’éjection du lait se caractérise en trois parties : la phase de croissance, la phase de plateau et la phase de décroissance. Au cours de ces différentes phases, le débit du lait subit l’influence de divers facteurs physiologiques et anatomiques mais il est également influencé par des facteurs externes comme le matériel de traite (manchons, niveau de vide, pulsation…).

Phase de croissance

En conditions normales, la phase croissance se caractérise par une augmentation très rapide du lait après la pose des faisceaux trayeurs pour atteindre la phase plateau en moins d’une minute. Une mauvaise stimulation pendant la phase de préparation de la mamelle se caractérise par une éjection du lait en deux phases (=bimodalité) : la première correspond à l’écoulement immédiat du lait citernal dès la pose des gobelets et la seconde à l’écoulement retardé du lait alvéolaire. La conséquence est une agression sur le sphincter du fait d’un maintien du vide entre ces deux phases. Sur le long terme, il peut y avoir des lésions irrémédiables sur le bout des sphincters source de contamination pour les germes pathogènes. Dans notre étude, on note que 30% des vaches présentent des courbes bimodales ce qui soulève des problèmes de stimulation de la mamelle avant la traite.

 

Phase de plateau

La phase de plateau est déterminée par l’anatomie du trayon et la capacité du canal à s’ouvrir plus ou moins largement, caractérisée elle-même par la tonicité du sphincter. La phase plateau commence dès que le débit de lait se stabilise à un niveau maximal. Cette donnée est caractéristique de chaque animal, elle peut varier mais faiblement entre les traites. Les animaux à faible débit ou a fort débit de traite sont des animaux à problèmes cellulaire qu’il n’est pas souhaitable de garder dans les élevages. Le deuxième aspect est l’importance de la phase plateau par rapport à la durée de la traite totale, l’objectif étant qu’elle représente plus de 50% de la traite. Dans notre échantillon, elle représente seulement 41% et le débit moyen est correct. Néanmoins cette moyenne cache des animaux à faibles ou fort débits qui sont sources de problèmes de cellules.

 

Phase décroissante

La phase décroissante commence à partir du moment où le débit maximal diminue. Elle peut être linéaire et très rapide, mais en règle générale la chute du débit intervient plutôt par paliers au fur et à mesure que les quartiers se vident. Le plus souvent, il existe un palier correspondant à l’arrêt des quartiers avant. Cependant lorsque les quartiers sont un peu déséquilibrés, plusieurs paliers peuvent être observés. En fin de traite, le lactocorder permet de caractériser la surtraite source d’agression sur les trayons. Cette surtraite pouvant être liée à dysfonctionnement du décrochage automatique…Dans cet échantillon, on note une fin de traite un peu longue avec des problématiques d’égouttage et de sur traite ; 20% des vaches sont en sur traite !

 

Conclusion :

Malgré une amélioration significative de la situation cellulaire des élevages laitiers du département, certains élevages présentent des marges des progrès. L’approche de la problématique mammites et cellules est multifactorielle et les réponses prioritaires doivent s’inscrivent dans une démarche préventive. Les facteurs de risques sont nombreux : logement des animaux, hygiène, gestion du tarissement, alimentation, réglages de la machine à traire, pratiques de traites….Le lactocorder, peux être un outil de diagnostic intéressant lorsqu’il s’agit de problèmes à la traite.

 

Grégory CAGNAC,

Animateur technique Bovin lait 06.25.76.26.37.

ministere