• décembre 12, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 416

CDPENAF : Les représentants professionnels et élus claquent la porte !

CDPENAF : Les représentants professionnels et élus claquent la porte !

Les représentants de la Fdsea et des élus à la sortie de la commission

 

Les représentants de la Chambre d’agriculture, de la Fdsea, des JA et les élus locaux ont quitté la CDPENAF pour protester contre la non prise en compte des choix de la Cdpenaf sur plusieurs dossiers d’aménagement.

 

La commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers, se réunit régulièrement en DDT pour analyser les différents projets d’aménagement et donner un avis majoritaire à la Préfecture qui prend ensuite les arrêtés afférents à ces dossiers. Rappelons que cette commission est officiellement représentative de l’ensemble des acteurs de l’espace rural, les agriculteurs, les communes et intercommunalités, l’Etat et autres aménageurs de nos campagnes. Son avis est donc le fruit de la majorité des représentants du monde rural. Mais depuis quelques séances, ses membres constatent que les décisions préfectorales finales sont à l’inverse des avis de la CDPENAF !

Les représentants de la profession agricole et des élus ont donc décidé de montrer leur mécontentement en claquant la porte lors de la dernière séance du 24 novembre. Fausto Araqué, représentant des élus, explique ce coup de colère « nous avons longuement examiné le projet de création d’un parc agrivoltaïque de 15 hectares sur Assier. Il a obtenu un avis favorable de la commune, de la ComCom, de l’AMF 46, de la profession agricole, de la Chambre d’agriculture, et la CDPENAF a donc logiquement conforté cet avis favorable. Nous avons été surpris de constater que l’arrêté préfectoral qui a suivi donne un refus du projet, suivant seulement l’avis minoritaire de la DDT ! Nous n’acceptons pas d’être consulté pour la forme et de servir de faire valoir. Nous prenons du temps pour venir siéger et analyser tous les dossiers, alors nous demandons que la préfecture respecte au moins nos décisions. Nous méritons plus d’écoute et de considération… »