• février 1, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 333

Rencontre technique melon Sud-Ouest : Les conditions météo compliquent la production et les ventes

Rencontre technique melon Sud-Ouest : Les conditions météo compliquent la production et les ventes

La 20e rencontre technique Melon Sud-Ouest, co-organisée par le CEFEL et la Chambre d’agriculture de Tarn-et-Garonne, s’est déroulée au cœur du Quercylotois, à Flaugnac, le 14 décembre dernier

 

Réunissant producteurs, techniciens et semenciers à l’issue d’une campagne 2023 compliquée tant sur le plan technique qu’économique, cette réunion a été riche en apports informatifs. Les participants y ont trouvé matière à engager les échanges sur la rentabilité de la culture du melon, le retrait des matières actives, la pression des promotions en grande distribution, la « météo-sensibilité » de la consommation…

 

Economie : des volumes mais pas des prix

Rémi Javernaud, animateur de l’AIM, s’est chargé du bilan économique de la campagne écoulée, qu’il a qualifiée d’éprouvante, soumise à « une météo capricieuse et variable » tant en ce qui concerne les conditions de production que les cours. Le démarrage de la production a été laborieux, l’entrée en production a été tardive, surtout dans le Sud-Ouest où elle est retardée par les intempéries. Les prix expédition, élevés du mois du juin où l’offre est déficitaire, chutent rapidement en juillet lorsque les volumes arrivent vraiment sur le marché pour descendre sous l’euro jusqu’en septembre. La météo n’incite pas à la consommation et les promotions répétées ne parviennent pas à enclencher significativement l’acte d’achat. Les reports de stocks conséquents génèrent des volumes disponibles à la vente historiquement hauts. Le melon est déclaré en situation de crise conjoncturelle par FranceAgriMer le 31 juillet et le restera durant le mois d’août. Les conditions estivales, favorables à la consommation de melon, s’installent en septembre, alors que les volumes baissent, tirant les prix à la hausse, mais sur des volumes réduits qui ne permettent de rattraper que partiellement la saison ». La campagne se caractérise par ses très gros calibres, avec une majorité de 9 et 11, une insuffisance de 12 et des 15 quasiment inexistants.

 

Sanitaire : l’oïdium très présent, l’anthracnose en développement

Sylvie Bochu, conseillère à la Chambre d’agriculture du Tarn-et-Garonne a dressé le bilan sanitaire de la campagne, passant en revue bioagresseurs, maladies et ravageurs qui se sont manifestés durant la saison. Elle a complété son exposé par un point sur l’actualité phytosanitaire, produits enfin de vie et produits attendus. (lire ci après)

 

Variétés : faire du melon apprécié du consommateur

Françoise Leix-Henry, technicienne au CEFEL a proposé à l’assemblée de regarder dans le rétro des évolutions variétales intervenues ces dernières années dont elle a établi un instructif bilan. En ce qui concerne l’axe qualités agronomiques, elle a successivement passé en revue la capacité de nouaison (amélioration de la régulation) ; le groupage des récoltes (variable selon les variétés) ; le comportement végétatif (améliorations sur vigueur, la tenue et la puissance racinaire) ; le potentiel de récolte (forte amélioration) et la présentation des fruits (amélioration de la stabilité d’écriture et du marquage du sillon). Sur le volet pack sanitaire, elle a évoqué la vitrescence (forte amélioration) ;l’IR Fom 1-2 (des avancées) ; l’IR Ag (forte amélioration) ; l’IR Oïdium (forte amélioration). Enfin, sur l’aspect qualité aromatique, pour l’arôme, la saveur, l’odeur et la texture d’une part, elle a fait observer « un potentiel gustatif à améliorer prioritairement pour fidéliser le consommateur » ; pour la fermeté d’autre part, elle a appelé à la vigilance sur « le seuil critique à ne pas dépasser, la chair doit rester fondante » ; quant au potentiel de conservation, elle a constaté, « beaucoup d’améliorations ont été obtenues ». Pour conclure, elle a invité l’assistance à garder comme objectif de « faire du melon apprécié du consommateur ». Après ce point d’étapes qui a suscité l’intérêt des participants, elle a présenté la fiche variétale établie par le groupe technique Melon Sud-Ouest pour 2024 (voir l’action agricole n°1585 du 8décembre 2023, p.11), rappelant que celle-ci est téléchargeable sur les sites de la Chambre d’agriculture 82 et du CEFEL. Elle a expliqué la présence et la signification du code couleur (vert, orange, rouge) indiquant le comportement des variétés vis-à-vis des bioagresseurs. Pour les cinq nouvelles variétés qui ont fait leur entrée dans la liste, à savoir Santorin, Cancun, Amneris, Isatis et Solibel, elle a fait état de leurs atouts et contraintes respectifs. A la suite, avec sa collègue Camille Marzorato, Françoise Leix-Henry a développé une partie dédiée à la sensibilité variétale face à la fusariose, à la bactériose, au mildiou et à l’oïdium. Ces essais de sensibilité seront reconduits dans le cadre du projet COCOMEL qui se déroulera de 2024 à 2027. Il portera sur la bactériose, la cladosporiose, la fusariose, le mildiou et l’oïdium. Ce projet comporte plusieurs axes, dont un volet sur la lutte contre les taupins qui se déroulera en conditions contrôlées, a précisé l’intervenante qui, par ailleurs a souligné que le projet COCOMEL associait station d’expérimentation et producteurs, « une première qui va dans la bonne direction ». Bactérie, mildiou, oïdium : des solutions ?La dernière partie, présentée par Camille Marzorato, a porté sur les essais de stratégies de traitements de lutte contre la bactériose et le mildiou ainsi que sur la lutte contre l’oïdium en culture de melon AB.

Dominique Forneris