• avril 17, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 77

Jeunes agriculteurs : Rétablir la fierté et les conditions d’exercice du métier

Jeunes agriculteurs : Rétablir la fierté et les conditions d’exercice du métier

Les responsables JA ont réaffirmé leurs revendications syndicales

 

Réunis en congrès le 21 mars à Gréalou, les jeunes agriculteurs du Lot entendent maintenir la pression syndicale pour rétablir les vérités et les conditions d’exercice décentes de leur métier. 

 

Après un hiver de forte mobilisation, particulièrement tendu sur le plan syndical, les jeunes agriculteurs Lotois se sont retrouvés en congrès annuel pour faire le point sur leurs revendications et les avancées obtenues. Le président, julien Vielcazal, saluait la participation de nombreux jeunes sur les actions syndicales menées depuis six mois, ce qui témoigne d’une vraie volonté de défendre leur travail. Sur notre département, les installations continuent dans toutes les filières, preuve que le métier d’agriculteur attire toujours, malgré les contraintes administratives et les gros retards de traitement des dossiers par les services de la région Occitanie. Les responsables syndicaux ont d’ailleurs profité de ce congrès pour interpeller les représentants de la DDT et les élus (la députée Huguette Tiégna, le vice-président du conseil régional Vincent Labarthe) pour faire le point sur leurs revendications et les avancées promises tant par le Gouvernement que le Conseil Régional.

 

Des avancées vite ! 

Les jeunes agriculteurs veulent des réponses concrètes rapides à leurs revendications dans plusieurs domaines. Ils attendent notamment du Gouvernement, la simplification administrative et la diminution des contrôles, l’abondement suffisant des fonds d’urgence en viticulture comme en bio, le retour à une application rationnelle du plan écophyto, une PAC repriorisant la production et moins tatillonne sur les mesures agroenvironnementales, le respect de la loi Egalim par les industriels et la grande distribution, une nouvelle ambition pour accompagner l’installation… Ils demandent également à la Région d’accélérer le traitement des dossiers d’installation afin de ne pas décourager les candidats. Ils attendent aussi l’augmentation des moyens aux Cumas pour répondre à la demande du terrain. Julien Vielcazal résumait « cela fait trop longtemps qu’on marche sur la tête ! il faut retrouver des conditions d’exercice du métier rationnelles, dignes et respectées…».

 

Soyez fiers… 

Les JA avaient invité Sylvie Brunel, géographe et conférencière nationale spécialiste de l’alimentation, pour débattre du problème de l’eau. Elle est souvent présente sur les plateaux de télévision pour défendre ardemment l’agriculture Française et témoigner que c’est l’une des plus performantes et durables du monde. Elle soulignait que les crises de la Covid puis de la guerre en Ukraine ont changé la donne mondiale en rappelant que l’alimentation reste une arme stratégique majeure. Une constante qui concerne aussi bien les pays pauvres que les nations riches. La France et l’Europe ne peuvent s’en affranchir ! A l’unisson du monde agricole, elle démontre la nécessité de reprioriser l’acte de production pour garantir l’indispensable souveraineté alimentaire du pays et du continent. Un message très apprécié par l’assemblée. Sylvie Brunel insistait sur le rôle majeur de l’eau pour y parvenir « partout dans le monde, l’irrigation a permis de sortir de la famine et de manger à sa faim. En France, nous ne manquons pas d’eau, il suffit de la stocker quand elle tombe du ciel. On a besoin d’une nouvelle politique beaucoup plus ambitieuse en la matière, pour faire face au changement climatique à l’œuvre…». Elle défendait également l’agriculture qui représente l’une des premières solutions pour stocker le carbone dans les sols « nos 14 millions d’hectares d’herbe en stockent autant que toutes nos forêts. La culture du maïs à elle seule pompe les deux tiers du CO2 émis par tout le transport routier… ». Elle encourageait particulièrement les agriculteurs Lotois « vos pratiques sont durables, soyez fiers de produire, d’embellir les paysages et de protéger la biodiversité…».