• mai 29, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 270

Veau sous la mère : Quand les terroirs se rencontrent, les échanges abondent…

Veau sous la mère : Quand les terroirs se rencontrent, les échanges abondent…

Le CIVO a organisé en Corrèze une rencontre entre éleveurs de veau sous la mère le lundi 13 mai. La zone de production étant étendue sur tout l’ouest de la France, ces journées terroirs sont l’occasion d’échanger entre éleveurs de départements différents et de s’enrichir des pratiques et des expériences de chacun. Pour cette édition, 30 éleveurs et techniciens ont fait le déplacement depuis le Gers, la Dordogne, le Lauragais, le Lot et la Corrèze.

 

La traditionnelle foire de Pentecôte à St Robert (19) a lancé le départ de cette journée. Comme à l’accoutumée, cette foire exceptionnelle et renommée a compté une cinquantaine de veaux présents. C’est l’occasion pour les éleveurs participants d’amener le meilleur animal de leur production. Julien Cazeneuve, éleveur dans le Gers, nous fait part de ses impressions : « C’est incroyable la régularité des animaux ici ! La qualité est belle et homogène ». Les participants, dont certains ne connaissaient pas ce système de vente plus répandu en Corrèze qu’ailleurs, ont assisté à l’arrivée et à la pesée des animaux. Ils ont suivi les discussions entre éleveurs, la préparation des animaux avant le classement des 15 meilleurs veaux par le jury suivi de l’ouverture de la vente. Les échanges entre éleveurs et acheteurs lors de la négociation du prix d’achat, sont les moments forts de la foire qui s’achève avec le chargement des animaux dans les camions et la remise des prix. En observant chaque étape, ils ont ainsi pu découvrir et apprécier l’ambiance de la foire.

 

Présentation de la salle de tétée

 

Le groupe s’est ensuite rendu sur l’exploitation de Pascal et Romain LACHAUD du GAEC DE PUY FALY, producteurs de veaux sous la mère mais aussi de pommes de terre sur la commune de St Bonnet la Rivière (19). Ils exploitent 80ha et ont un cheptel de 70 mères de race limousine. Ils ont présenté leur exploitation et répondu aux différentes questions des éleveurs. « Mon cheptel de 40 mères ainsi que l’étable entravée ne correspondaient plus à l’évolution de la ferme et à son devenir. C’est pour permettre l’installation de Romain que nous avons fait construire un bâtiment avec des panneaux photovoltaïques. » argumente Pascal. Pour l’aménagement de celui-ci, tout à été étudié pour prendre en compte la sécurité, la praticité, la maniabilité et la contention des animaux. Les participants ont posé de nombreuses questions sur le terrassement, le choix des matériaux pour la construction ainsi que sur les panneaux photovoltaïques. Ce bâtiment très lumineux dispose d’une partie stockage pour la paille et pour la partie animale d’une stabulation libre paillée pour les vaches et la salle de tétée classique est séparée en deux.  Des échanges ont eu lieu sur leur organisation biquotidienne, « on a chacun notre côté pour les veaux, comme ça on se challenge sur celui qui sort les meilleurs veaux ! » plaisante Pascal. Les éleveurs de la zone sud, ont notamment posé des questions sur la gestion de la tétée avec l’utilisation de l’aliment lacté. Cette pratique est peu utilisée sur leur secteur, où la complémentation des veaux se fait essentiellement par l’utilisation de tantes (vaches de race laitière). « Dans l’avenir, le prochain investissement à faire sera celui d’un bobcat pour nous faciliter le curage des box, lequel pour le moment se fait manuellement… » rajoute Romain.

La gestion du cheptel a aussi fait partie des échanges. Pour exemple, le GAEC a fait le choix de ne garder aucune génisse de renouvellement. « On préfère acheter du renouvellement plutôt que de les garder, mais c’est de plus en plus dur d’en trouver » commente Pascal. Les problématiques actuelles concernant la filière ont fait partie des différentes discussions, la principale étant la baisse du nombre d’éleveurs et par conséquent du nombre de veaux produit. Les prix qui n’augmentent pas face à l’augmentation galopante des charges, la perte de vitesse des foires, la concurrence des autres productions de veaux ou de broutards… sont tout autant de sujets abordés.

Les éleveurs se sont ensuite retrouvés à la table de la Maison Lachèze à St Aulaire (19), pour y déguster leur fameuse tête de veau dont la réputation n’est plus à faire !

La journée s’est achevée après ce moment de convivialité et chacun est rentré chez soi, satisfait des échanges et discussions qui ont été enrichissants. « Nous, éleveurs, trouvons toujours intéressant d’aller voir ce qui se fait ailleurs et de sortir de notre ferme. » conclut Chantal POURCHET, éleveuse à Samatan (32).  Les jeunes éleveurs présents n’ont qu’un seul regret : « Il est dommage que nous ne soyons pas plus nombreux ! … », l’appel est lancé pour la prochaine édition qui se déroulera dans la zone sud.

Un grand merci aux éleveurs qui nous ont reçus sur leur exploitation et également à ceux qui ont fait le déplacement, parfois long, pour se rendre en Corrèze. Nous remercions également la présence à cette journée de François VIGNEAU, commercial pour SOFRELIM, Emmanuel DELCROS, responsable monitoring chez Altitude et Marie RENAUD, technicienne chez ELVEA 19, qui par leur travail accompagnent au quotidien les éleveurs du GAEC de Puy Faly.

 

Maéva FAURE – Technicienne CIVO

©Photo : CIVO