• juillet 11, 2024
  • Aucun Commentaire
  • 8

Jachères de biodiversité : De multiples intérêts constatés

Jachères de biodiversité : De multiples intérêts constatés

Les participants ont pu visiter une jachère implantée depuis trois ans

 

La mise en place de jachères permanentes présente de multiples intérêts pour les cultures alentour, la présence d’auxiliaires, de pollinisateurs ou de petits animaux sauvages, comme le constatent les agriculteurs qui en détiennent. 

 

Le projet « acteurs de la biodiversité » est mené sur notre département par un regroupement d’organisations agricoles et rurales, la Chambre d’agriculture, la Direction Départementale du Territoire, l’association « Arbres, haies et paysages 46 », l’Adasea.d’Oc, l’Office Français de la biodiversité et la Fédération Départementale des Chasseurs. Elles expérimentent différentes solutions pour développer la biodiversité et améliorer la résilience de nos écosystèmes face aux excès climatiques. Parmi elles, la mise en place de jachères permanentes constitue une voie prometteuse.

 

Visite de réalisations 

Les représentants de toutes ces organisations et les agriculteurs se sont retrouvés le 19 juin sur des parcelles en jachère à Trébaix pour échanger autour de ces réalisations à l’invitation de la Chambre d’agriculture et de la Fédération Départementale des chasseurs. David Girard, vigneron et producteur de lavande, a implanté une jachère faunistique à côté de sa vigne. Les participants ont pu constater la tenue de cette parcelle qui a trois ans. Le conseiller de la Chambre d’agriculture, Fabien Bouchet-Lannat, a expliqué qu’elle avait été semée avec un mélange de 20 espèces végétales différentes de légumineuses et graminées, annuelles et pluriannuelles. Une implantation qui nécessite de trouver la bonne semence avec le mélange adéquat, ce qui peut représenter une difficulté. Puis, petit à petit, de nouvelles espèces sauvages viennent s’y implanter naturellement pour en faire une prairie permanente. David Girard témoignait « je cherchais à faire venir des insectes auxiliaires à côté de ma vigne pour moins traiter et rétablir un écosystème naturel qui me préserve des ravageurs. J’ai semé cette jachère où je constate la présence de très nombreux insectes et de petits gibier. Le résultat est donc positif… » Les participants ont ensuite visité une autre parcelle de vigne où les inter-rangs ont été semés de différents couverts à base de légumineuses comme le trèfle, la fèverole, ou de sarrasin. Là encore, les insectes Les semis de couverts végétaux en inter-rang des vignes présentent de nombreux avantages pollinisateurs et les petits gibiers sont très présents.

 

Les semis de couverts végétaux en inter-rang des vignes présentent de nombreux avantages

11

Suivi technique 

Les techniciens de la Fédération de Chasse ont expliqué qu’ils suivaient régulièrement ces jachères pour effectuer des comptages d’insectes. Ils y placent également des nichoirs à insectes sauvages, sortes de tubes creux, pour mesurer leur présence selon les emplacements et les saisons. Toutes ces données scientifiques font l’objet de synthèses sur la biodiversité de ces parcelles. L’objectif est de mieux comprendre le fonctionnement et l’évolution de ces populations sauvages afin de mettre en place les conditions qui les favorisent. On constate ainsi que les jachères tout comme la présence de haies champêtres sont particulièrement favorables à la biodiversité. De plus, ces réalisations apportent un intérêt agronomique certain car elles limitent l’érosion et augmentent la capacité de rétention de l’eau. Des pistes intéressantes à valoriser pour enrichir la biodiversité de notre territoire.