L’association Clacsol et l’Apad ont organisé une rencontre technique pour la promotion de l’agriculture de conservation des sols, le premier juin à Mayrac au GAEC du Garrit qui la pratique depuis plusieurs années.

Mouvement en plein développement au niveau national et Lotois, l’agriculture de conservation des sols intéresse de plus en plus d’exploitants agricoles. Sur notre département, l’association Clacsol, fondée en 2016, les regroupe et assure le lien entre eux. Son président, Jean Christophe Alibert, se félicite de cet engouement, l’association comptant plus de 40 adhérents, elle a rejoint le réseau national APAD (Association pour la Promotion d’une Agriculture Durable). Au total, plus de quinze associations Françaises regroupant un millier d’agriculteurs sont aujourd’hui mobilisées dans cette démarche. Cette journée technique régionale était consacrée au thème du désherbage, comment sortir du glyphosate ?
Expérimentations
L’un des problèmes technique du non travail des sols et de l’utilisation des couverts végétaux réside dans le salissement par les adventices et la destruction de ces couverts. Le désherbant glyphosate permet de les détruire facilement mais est aujourd’hui remis en cause par la société. Alors comment s’en passer ? L’APAD a lancé en partenariat avec l’INRAE et Novalis Terra une série d’expérimentations pour tenter de trouver des solutions alternatives. L’objectif est d’identifier des itinéraires techniques permettant de maîtriser durablement les adventices afin de réduire l’emploi des herbicides. Cinq plateformes d’essais ont été mises en place sur toute la France pour tester les leviers disponibles: les rotations culturales, les dates de semis, la fertilisation minérale spécifique, le rouleau Faca, le scalpage, l’emploi de doses limitées de désherbant. Plusieurs itinéraires ont été testés pour évaluer l’intérêt de la combinaison de ces différents leviers. Les premiers résultats de ces expérimentations ont été présentés aux participants et ont donné lieu à des commentaires et échanges nourris. On constate qu’il n’existe pas de solution miracle et qu’il n’est pas facile de se priver de glyphosate.
Visites de parcelles
Cédric Laverdet et son père, Joël Laverdet, pratiquent cette agriculture de conservation des sols depuis six ans et sont convaincus de son bien fondé. Ils ont invité les participants à venir faire le tour de quelques parcelles pour constater les réalités de son application aux cultures. Orge, féveroles, colza, maïs, ils obtiennent les mêmes rendements que les autres agriculteurs en conventionnel mais en travaillant différemment. Respect du sol, des vers de terre, de la biodiversité et moins d’intrants chimiques. Ils sont d’ailleurs inscrits dans le label « au cœur des sols » développé par l’APAD, label que l’association tente de faire reconnaître au niveau national. Ces visites ont donné lieu à de nombreux échanges qui ont permis de faire avancer la réflexion sur ces pratiques.