Les agriculteurs peuvent désormais s’équiper de stations météo connectées qui leur fournissent instantanément les données permettant de gérer les interventions sur leurs champs. Ces stations peuvent également être implantées en réseaux couvrant des communes entières.

Pour quelques centaines d’euros, 300 à 1000 € selon les options choisies,
tout agriculteur peut désormais s’équiper d’une station météo sur son exploitation. Plusieurs fabricants proposent leurs produits, le leader du marché étant la jeune entreprise Française, Sencrop, fondée par deux fils d’agriculteurs du nord de la France.
Données collectées
Ces stations collectent différentes données météo qu’elles enregistrent automatiquement. Elles les transmettent instantanément à l’agriculteur par consultation via l’ordinateur ou le smartphone, et peuvent aussi générer des alertes programmées via des logiciels d’aide à la décision (OAD). Ainsi, l’agriculteur peut être en permanence averti de conditions météo nécessitant une intervention rapide, déficit hydrique, risque de maladies… Toutes ces stations proposent les données de base : pluviométrie, température de l’air, humidité de l’air (hygrométrie), vitesse du vent. Mais certaines vont plus loin en fournissant des données plus précises comme le point de rosée ou la température du sol. Certaines peuvent aussi contribuer à la gestion de l’irrigation via les capteurs d’humectation ou les sondes d’analyse de l’humidité du sol. Cet équipement donne donc la possibilité de gérer avec une grande précision les interventions sur les cultures.
Effet de groupe
La récupération de données locales est valorisable pour le champs concerné ou les parcelles à proximité. Cependant, beaucoup d’exploitants ont des parcelles plus ou moins éloignées où les données météo peuvent être sensiblement différentes. Il peut donc être intéressant de partager les données avec d’autres agriculteurs qui posséderaient le même type de station météo. Mieux, certains agriculteurs choisissent de s’équiper collectivement en CUMA, et achètent plusieurs stations qui sont alors judicieusement réparties sur la région concernée. Ce maillage apporte une bonne couverture du territoire et bénéficie à l’ensemble des membres de la CUMA.
Laurent Marquez, responsable commercial de la société Sencrop, explique « en cinq ans d’existence, nous sommes passés de un à quatre vingt salariés, et avons déjà vendu 18 000 stations dans toute la France et l’Europe. C’est dire le succès du produit. Les principaux acheteurs sont les agriculteurs irrigants, producteurs de semences, arboriculteurs, viticulteurs, maïsiculteurs… Nous proposons un produit sur mesure avec diverses possibilités de capteurs adaptés aux différentes cultures. Il faut ensuite rajouter l’abonnement annuel qui varie de 80 € à 230 € en fonction des options…»

Jean-Paul Berc

Montdoumerc « 10 stations en CUMA »  « Nous sommes des agriculteurs producteurs de semences de maïs, betteraves, potagères, de grandes cultures, irrigants, et avons besoin de données météo très locales et très précises. On a donc décidé d’investir au niveau de la CUMA de Montdoumerc en mutualisant cet outil. On a acheté 10 stations, dont 6 sont positionnées sur nos exploitations à Montdoumerc et 4 sur des parcelles extérieures que nous travaillons sur d’autres communes. Installé en février dernier, ce maillage permet une couverture optimale de nos exploitations car la pluie peut par exemple varier à quelques kilomètres près. Ces données instantanées de pluviométrie, de température, d’hygrométrie ou de vitesse de vent constituent un précieux outil d’aide à la décision. Elles nous permettent d’affiner nos interventions, d’être plus efficaces et de gagner du temps puisqu’on n’a plus besoin d’aller sur la parcelle pour vérifier la réalité des éléments climatiques. J’ai tout ça sur mon smartphone pour un coût modéré. De plus, ces stations sont facilement déplaçables et leur fonctionnement est surveillé à distance par Sencrop qui anticipe les pannes et répare les éventuelles avaries. C’est donc un nouvel outil particulièrement précieux… »