Les salariés ont jusqu’au 30 juin 2021 pour transférer leurs droits individuels à la formation (DIF) sur leur CPF.

Pour rappel : le CPF est mis en place depuis le 1er janvier 2015. C’est un compte qui permet aux salariés de se former tout au long de leur vie professionnelle quelle que soit leur situation ou leur contrat de travail. Il a remplacé le droit individuel à la formation (DIF).
Ce compte est valable tout au long de la vie professionnelle du salarié. Cela signifie que lorsqu’un salarié est amené à quitter une entreprise (démission, licenciement quel que soit le motif ou rupture conventionnelle) son compte CPF ne remet pas les compteurs à zéro.
Tous les salariés doivent créer un compte CPF via le site Mon compte activité.
La démarche est simple :

  • Se munir d’une adresse courriel et de son numéro de sécurité sociale,
  • Cliquer sur l’onglet « J’accède à mon compte »,
  • Cliquer sur « je m’inscris »,
  • Saisir son nom, son prénom, sa date de naissance, son numéro de sécurité sociale et son numéro de téléphone, une adresse mail.
    Cliquer sur continuer,
  • Indiquer son diplôme le plus élevé et son année d’obtention
  • Enfin, choisir son mot de passe (8 caractères dont au moins une majuscule, une minuscule ou un chiffre).

Les salariés qui ont acquis des droits via leur DIF (donc avant le 31 décembre 2014) doivent transférer ces droits sur leur compte personnel de formation avant le 30 juin 2021, en reportant le solde de leur droit qui figurait sur l’attestation fournie par leur employeur en décembre 2014.

Le CPF est financé par les entreprises, via la taxe versée aux OPCO et qui correspond à 0,55% de leur masse salariale brute dédiée au financement de la formation lorsqu’elles comptent moins de 11 salariés, et 1% lorsqu’elles comptent 11 salariés ou plus.
Pour les salariés, le CPF est crédité de 500 € par an pour les salariés à temps plein, les salariés à temps partiel travaillant plus de 50% du temps complet. Pour les autres salariés (temps partiels inférieurs à 50% d’un temps complet ou les salariés en CDD), le montant est calculé au prorata du temps de travail.
Ce montant est porté à 800 € pour les salariés peu ou pas qualifiés qui n’auraient pas atteint un niveau de formation sanctionné par un diplôme classé au niveau 3 – CAP, BEP (plafonné à 8000 €).
La formation demandée par le salarié peut se dérouler en dehors du temps de travail ou pendant le temps de travail à condition d’avoir obtenu l’accord de l’employeur. Elle peut être en lien ou non avec les compétences exploitées dans le cadre du travail.
Cependant pour être éligible au CPF, une formation doit être diplômante et certifiante. Elle doit consister :

  • soit en une validation les acquis de l’expérience (VAE),
  • soit en un bilan de compétences,
  • soit en une formation aux créateurs ou repreneurs d’entreprises mentionnées ayant pour objet de réaliser leur projet de création ou de reprise d’entreprise et pérenniser l’activité de celle-ci,
  • soit en la préparation de l’épreuve théorique du Code de la route et de l’épreuve pratique du permis de conduire des véhicules léger (permis B) et poids lourd.

Elle doit être sanctionnée :

  • soit par une certification professionnelle enregistrée au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP),
  • soit par une attestation de validation de bloc de compétences faisant partie d’une certification professionnelle enregistrée au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Pour tout renseignement complémentaire rendez-vous sur le site officiel de moncompteformation.gouv et pour éviter tout piratage, il ne faut jamais communiquer son mot de passe.