L’opération d’appui au montage des dossiers PAC touche à sa fin. Grâce à la forte mobilisation de ses équipes et à son savoir-faire, la Chambre d’Agriculture va encore accompagner près de 3000 exploitants cette année, soit 90 % des déclarants.

Comme chaque année, la Chambre d’Agriculture organise la grande opération d’appui à la télédéclaration des dossiers PAC. Rappelons que cette opération phare constitue un service majeur de l’établissement puisque qu’il le place en pôle position nationale, la Chambre d’Agriculture du Lot étant celle qui accompagne le plus d’agriculteurs, en proportion. Pour cela, elle mobilise 15 conseillers et 27 opérateurs de saisie sur 16 sites répartis dans le département, pendant les sept semaines de la PAC mais aussi plusieurs mois en avance pour préparer l’opération, information, équipements… Un engagement très fort qui permet aux agriculteurs de réaliser leurs télédéclarations dans des conditions très sécurisantes. Ils bénéficient en effet d’un diagnostic personnalisé associé à des outils solides de vérification.
Retour en présentiel
Après une opération 2020 menée essentiellement à distance à cause du confinement, l’appui PAC est revenu cette année à un fonctionnement en présentiel. La plupart des agriculteurs ont pris rendez-vous et sont venus réaliser leurs dossiers sur site, seuls les agriculteurs malades ou enpêchés étant accompagnés à distance. Bien entendu, toutes les mesures d’hygiène et de distanciation ont été prises pour assurer la tranquillité de chacun. Les bureaux étant équipés de vitres en plexiglass pour isoler les personnes, de gel hydroalcoolique pour les mains, et désinfectés entre chaque participant. Des mesures qui ont permis de renouer le contact pour la plus grande satisfaction des exploitants qui préfèrent dialoguer en face à face avec leurs conseillers de proximité.
Une organisation bien rodée
Les rendez-vous étant pris à l’avance, cela permet aux opérateurs de planifier des journées complètes de travail et d’optimiser ainsi leur mission. Le temps de présence dépend du contenu du dossier, certains étant réalisés en dix minutes quand d’autres exigent plus de deux heures. Un temps d’entretien auquel il faut ajouter tout le temps de préparation des dossiers, certes non visible mais bien réel. Le passage en bio ou le transfert de DPB sont par exemple très gourmands en temps. Il faut en effet vérifier les justificatifs sur les parcelles cadastrales et s’assurer de la précision des données avec les photos aériennes. L’accompagnement assuré par les conseillers est donc du sur-mesure puisqu’il s’adapte à chaque cas. C’est la force de ce service qui en fait le succès. Concernant cette édition 2021, la conseillère territoriale et référente PAC de l’équipe, Nelly Belivent précise « cette année, l’opération s’est bien déroulée. Le service Télépac a fonctionné et les agriculteurs étaient heureux de revenir travailler en rendez-vous individuel. Comme il n’y avait pas de changement réglementaire majeur, les habitudes ont permis de travailler plus sereinement… »