En cette période d’avant fêtes habituellement très vendeuse pour nos produits du terroir, le confinement bloque une majeure partie des ventes. Les conséquences économiques sur les productions Lotoises s’annoncent lourdes pour les bilans comptables de 2020 !

L’annulation des salons, foires et marchés gastronomiques de cette fin d’année, ainsi que la fermeture des restaurants et bars vont avoir de lourdes conséquences sur les ventes de nos produits emblématiques. Les foies gras, vins, fromages et autres spécialités festives qui font la réputation du Quercy, se retrouvent en forte perte de vitesse avec la fermeture de tous ces débouchés traditionnels. Les producteurs sont très inquiets et attendent avec impatience la réouverture de ces débouchés pour relancer leurs ventes.
Initiatives Lotoises :
promotion des plate-formes en ligne
La fermeture des restaurants et des petits commerces renforce la vente en ligne, le retrait des commandes en boutique et la livraison à domicile. Conscients de cette évolution des achats, le Conseil Départemental, les collectivités et les instances professionnelles ont lancé une grande campagne de communication pour inciter les consommateurs à soutenir les commerçants et artisans locaux. Il s’agit de faire jouer la solidarité de proximité entre habitants d’un même territoire. Une plate-forme de e-commerce « Achat-lot.com » est lancée avec une campagne de communication sous la bannière « Oh my Lot ». Une initiative qui rejoint la grande campagne « je soutiens nos producteurs, j’achète local » qui avait rencontré un réel succès au printemps pour mettre en avant les productions agricoles du département dans les magasins de distribution.
Plusieurs autres plate-formes ont également vu le jour à divers échelons. La Région Occitanie a lancé non sans humour la plate-forme « dansmazone.laregion.fr ». Elle promeut aussi « tousoccitariens.fr », une carte qui permet de trouver les producteurs et les commerçants les plus proches de chez soi.
Drive fermier
Au niveau de la profession agricole, le Drive Mangez Lotois connaît un regain d’activité avec une progression des ventes grâce à sa gamme de produits fermiers et à l’élargissement de ses points de retrait sur Cahors (magasins L’Oustal, Terre Gourmande, RER TR à Terre Rouge), ainsi qu’à Gramat, Prayssac, Flaujac-Poujols, Ferme du Tartayrou au bastit, Ferme des Fontenelles à Ste Alauzie ou Ferme Lahore à Payrac). Les commandes doivent être passées sur le site avant le mardi minuit pour une livraison à retirer tous les vendredis. D’autres plate-formes relevant d’initiatives individuelles ont également vu le jour ici et là. Côté magasins de producteurs, les chiffres d’affaire sont aussi en progression, confirmant la tendance du renforcement de l’achat local en période de confinement. Les marchés de plein vent maintiennent également leur activité alimentaire et constituent une source importante d’approvisionnement pour les Lotois.
Initiative nationale : la grande distribution s’engage
Dans le prolongement des États Généraux de l’Alimentation (EGA) mais aussi pour inscrire dans la durée la solidarité qui s’est opérée le long de la chaîne alimentaire depuis le début de la crise sanitaire, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a présenté la charte d’engagements de mise en avant des produits frais et des produits locaux par toutes les enseignes de la grande distribution. Cette charte vise à promouvoir l’accès du plus grand nombre à une alimentation saine, sûre, durable et locale, en complément des autres circuits de distribution.
Concrètement, ces produits seront mis en valeur dans les étals des supermarchés, sur les sites Internet ou sur les supports publicitaires grâce à une bannière commune à toutes les enseignes : « Engagement, provenance et fraîcheur : plus près de vous et de vos goûts ». Des moments de promotion des produits frais et des produits locaux seront également organisés.
Tout au long de l’année, les signataires s’engagent à mettre en œuvre un certain nombre d’actions permettant aux consommateurs d’avoir accès à une information plus claire et transparente, dans le respect de la politique commerciale de chaque enseigne. Il s’agit de :
Rendre visible et accessible les mentions d’origine des produits, notamment celles garantissant la traçabilité des étapes de production et de transformation en France développées par les interprofessions.
Valoriser les produits frais dans les rayons, les catalogues et sur les sites internet. Par exemple, dans les rayons fruits et légumes, des mises en avant de produits de saisons pourront être faites régulièrement selon la politique des enseignes, via des stands dédiés avec de l’information donnée au consommateur sur les fruits ou les légumes présentés, sur la façon dont ils ont été produits avec le cas échéant des recettes pour les cuisiner.
Mettre en avant les produits locaux et les produits sous signe de qualité. Par exemple : dans le rayons de boucherie traditionnelle, derrière la bannière relative aux produits frais et aux produits locaux, des animations pourront avoir lieu autour des viandes ; un éleveur pourra, par exemple, selon les possibilités sanitaires du moment, venir en magasin et expliquer aux consommateurs comment sa viande est produite, comment ses bêtes sont alimentées, comment il s’assure de leur bien-être.
Ces actions seront déployées progressivement, à compter de fin février 2021. Une semaine de lancement sera organisée entre le 27 février et le 7 mars 2021. Cette charte entre en vigueur à compter du 9 novembre pour une durée d’un an et a vocation à être déclinée sur d’autres circuits de distribution ultérieurement.
Mesures d’adaptation nationales
Pour aider et accompagner les professionnels, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a publié au Journal Officiel un ensemble de mesures destinées à permettre aux entreprises du secteur alimentaire de compenser partiellement la perte de certains marchés alimentaires. L’arrêté réintroduit certaines mesures qui étaient déjà en vigueur lors du premier confinement.
Ainsi, les plafonds de quantités de produits vendus auxquels sont soumis certains professionnels ont été supprimés, ce qui permet à ces derniers de rechercher de nouveaux débouchés à proximité de leur établissement.
Par ailleurs, les producteurs de volaille à la ferme retrouvent la possibilité de faire de la livraison à domicile pour honorer les commandes de leurs clients.
Enfin, les conditions de vente du lait cru ont été assouplies pour les producteurs fermiers, rendant possible la vente directe au consommateur sur simple déclaration à la direction départementale chargée de la protection des populations.

Lien vers l’arrêté :
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042529324