Réunis en congrès le 19 mars à Durbans, les jeunes agriculteurs Lotois ont débattu sur la nécessité de renforcer l’engagement syndical pour défendre leurs spécificités. Car les sujets ne manquent pas, du soutien de l’installation à la préparation de la future PAC, en passant par les rapports avec la société.

Les jeunes agriculteurs étaient venus nombreux à Durbans pour dresser le bilan d’une année 2020 totalement atypique à cause de la crise sanitaire. Une année très perturbée qui les a amené à annuler la fête de la terre et bon nombre de réunions locales, suscitant de vrais regrets pour la population qui attend ces animations avec intérêt. Ils ont néanmoins décidé de maintenir un lien avec le grand public en organisant des opérations sourire pour faire déguster les spécialités Lotoises. Des opérations qui ont connu un réel succès. Les trois co-présidents, Martial Brouqui, Julien Vielcazal et Damien Fraysse ont tenu à remercier tous les jeunes qui se sont mobilisés pour l’occasion. Pour cet été 2021, ils espèrent pouvoir organiser la fête de la terre en Quercy blanc afin de renouer avec cet événement attendu par tous.
Installations
Dossier prioritaire du syndicat, l’installation repart sur notre département avec plus de 40 dossiers en 2020, preuve que le métier attire toujours les jeunes. Et le besoin est immense car la moyenne d’âge élevée des agriculteurs Lotois appelle un fort renouvellement de la population et autant d’opportunités d’installations. Les jeunes agriculteurs organisent d’ailleurs le prochain forum installation le mardi 13 avril sous une nouvelle forme, des visites d’exploitations par thématiques. Les jeunes intéressés par le métier pourront choisir la ferme qu’ils veulent visiter et échanger avec les exploitants.
Actualité professionnelle
Les jeunes agriculteurs ont néanmoins continué à suivre les dossiers syndicaux tout au long de l’année. La demande de reconnaissance en calamité sécheresse qui débouche enfin sur une indemnisation. Martial Brouqui précisait que la profession n’est absolument pas maître du zonage choisi et que les agriculteurs exclus ne peuvent en aucun cas leur en tenir rigueur. Le pacte de bon voisinage a également été suivi par le syndicalisme et signé avec l’association des maires. Il est destiné à éviter par le dialogue les contentieux avec les riverains. Sur le front des filières de production, la crise sanitaire les a impactées très diversement. Les prix des broutards sont en berne, les jeunes se sont mobilisés ce 25 mars sur Clermont-ferrand pour exiger l’application de la loi Egalim et le maintien des aides bovines couplées dans la future PAC. La production laitière est également morose avec des prix insuffisants et un fort recul des volumes livrés. Beaucoup de producteurs songent à arrêter. La noix déplore aussi des prix trop bas, bien en dessous des coûts de production.Côté positif, l’agneau bénéficie depuis un an de prix intéressants. La filière brebis laitière est également inscrite dans une belle dynamique. La filière caprine boucle aussi une année correcte au niveau laitier et fromager mais déplore un problème d’écoulement de ses chevreaux. Martial Brouqui insistait sur la conjoncture actuelle « aujourd’hui, on assiste à une flambée des coûts des fournitures et intrants, prix des céréales, carburants… nous ne devons donc plus accepter de baisse de nos prix de vente qui doivent au contraire être revalorisés… »
Engagement syndical
En plein renouveau, le syndicat des jeunes agriculteurs est au cœur de la défense du métier et de l’animation du milieu rural. Il est présent dans de nombreuses instances et organisations départementales ainsi que dans les manifestations syndicales aux côtés de la FDSEA. Un rôle irremplaçable que lui confère sa représentativité par son ancrage sur toutes les communes Lotoises. Ce travail régulier tout au long de l’année passe par l’engagement de ses responsables qui sont attendus et écoutés dans toutes ces instances. Les trois présidents appellent donc davantage de jeunes à s’impliquer en acceptant de suivre ces différents postes de responsabilité et leurs dossiers afférents. Il s’agît de porter la voix des jeunes et de défendre une vision du métier, des projets à la fois modernes, viables, durables et porteurs de richesse pour notre territoire. Aujourd’hui, d’autres visions s’expriment très largement dans les médias, parfois malheureusement très caricaturales et éloignées des réalités du terrain. Les jeunes agriculteurs entendent donc être présents pour rectifier cette image et rétablir quelques vérités. Une mission qui s’inscrit aussi dans la promotion du métier afin d’attirer de nouvelles générations capables de prendre la relève. Les membres du bureau des JA appellent donc d’autres jeunes à les rejoindre en prenant des responsabilités. Des échanges avec les participants à l’assemblée montraient que l’intérêt est partagé et que certains jeunes adhérents sont prêts à s’investir. Ce congrès 2021 s’est donc achevé sur une note optimiste autour d’un verre de l’amitié propice aux échanges et aux liens d’amitié.