Depuis bientôt deux semaines, le Gouvernement a décrété l’état de confinement sur tout le pays avec l’arrêt de certaines activités, marchés, foires, établissements scolaires, restaurants et autres lieux publics. Cette mise en quarantaine inédite de la population impacte directement et lourdement les circuits courts à plusieurs niveaux. Tour d’horizon des situations.

Commerces alimentaires ouverts
Les commerces alimentaires en magasins sont maintenus ouverts afin de pourvoir normalement à l’approvisionnement de la population, magasins et épiceries. Il est cependant demandé d’y respecter la distance minimale d’un mètre entre clients et aux caisses de paiement. La chaîne de production et de distribution continuant de fonctionner, il n’y a donc aucun risque de pénurie concernant les denrées alimentaires. Malgré ce constat rassurant, la peur du manque a poussé dans un premier temps beaucoup de personnes à se ruer sur les magasins d’alimentation et à constituer des stocks importants de nourriture ! Certains rayons se sont alors trouvés dévalisés donnant l’impression de pénurie. Sachez qu’il n’en est rien et que la distribution réapprovisionne normalement ces denrées. Les magasins de producteurs ont aussi connu cet afflux avant de voir leurs ventes se stabiliser.
Marchés de plein air fragiles
Les marchés de plein air font également partie des lieux d’approvisionnement sensibles et leur interdiction en début de semaine a soulevé beaucoup d’émoi. Pour notre département, la suppression de ces marchés est une décision lourde qui impacte très durement les nombreux producteurs de frais, légumes, fruits, viandes, fromages et autres spécialités locales. En disparaissant, ce débouché majeur prive tous ces agriculteurs de ventes indispensables particulièrement pour les produits périssables ! A ce jour, le Gouvernement autorise des dérogations pour les petits marchés bien encadrés, mais qui va en bénéficier ? Yves Robert, producteur de foie gras à Catus souligne « comme beaucoup de producteurs, nous vendons la grande majorité de nos produits frais et conserves sur les marchés et foires. L’arrêt de ce débouché majeur a des conséquences très graves avec une grosse perte de chiffre d’affaire. Nous n’avons plus de ventes et plus de trésorerie alors que nos charges restent identiques, approvisionnements, animaux, salariés. Pour l’instant, nous continuons de travailler et stockons la production… »
Dernière minute
La profession se mobilise, la Chambre d’Agriculture a écrit à tous les Maires concernés du département pour leur demander de maintenir ouverts leurs marchés de plein vent considérant qu’ils sont un lieu d’approvisionnement en produits frais indispensable à un grand nombre de lotois. Toutes ces Municipalités sont donc invitées à demander une dérogation d’ouverture auprès de la Préfecture.
Fermeture des cantines scolaires
La décision de fermeture de tous les établissements scolaires, de leurs cantines ainsi que des restaurants d’entreprises a évidemment un impact majeur sur les producteurs qui les approvisionnent. Ainsi, le service « mangez lotois » de la Chambre d’Agriculture a ressenti immédiatement la secousse comme le souligne son président Christophe Bonnet « nos 25 producteurs ont perdu les deux tiers de leurs ventes car tous ces restaurants collectifs ont fermé sur ordre du Gouvernement. A ce jour, nous continuons juste de livrer les maisons de retraite, les ESAT de Boissor et Rocamadour, ainsi que deux magasins « Marchés couverts » en région Toulousaine. Nous accusons donc une forte chute des ventes d’autant plus terrible que nous étions parti sur une excellente dynamique en ce début d’année. La qualité et l’origine garantie de nos produits, ainsi que la fiabilité de nos livraisons, nous avaient permis de conquérir de nouveaux clients et de renforcer notre activité. Tous nos producteurs voient donc leurs ventes diminuer considérablement… »
Fermeture des restaurants
Plus largement, c’est la fermeture des restaurants, cafés et autres points de restauration qui prive une grande majorité des producteurs lotois de leurs débouchés habituels. Du vin au foie gras en passant par les fromages, les légumes ou les fruits, toutes les filières sont touchées par ce confinement. Jean Guy Cazal, producteur de fromage Rocamadour à Loubressac témoigne « je fournis les fromages à plusieurs restaurants du coin. Même si nous ne sommes pas encore en saison haute, la période de Pâques marque le début de la saison touristique et tout est à l’arrêt ! Pour l’instant, seuls sont maintenus certains marchés de plein air mais les chiffres de vente baissent, faute de clientèle. Pour ma part, j’emploie des salariés que je dois conserver car les chèvres produisent et le lait est là. J’ai donc décidé de fabriquer moins de fromages et de stocker davantage en attendant la reprise de l’activité… »
Annulation des foires et salons
Pour les producteurs indépendants, le mois de Mars marque habituellement la reprise de la saison des foires, salons, et la période de Pâques est propice à ce redémarrage. Mais la totalité de ces manifestations gastronomiques sont désormais annulées au moins jusqu’en Mai. Delphine Combarieu, vigneronne indépendante à Trespoux-Rassiels le déplore « nous avons déjà annulé quatre salons en Bourgogne, Normandie, Bretagne et Belgique. Des foires spécialisées aux vins ou aux produits gastronomiques où notre clientèle nous attend. De même, nous n’avons plus aucun client à la ferme. Vendant la moitié de notre vin en direct à une clientèle de particuliers, cela représente un vrai manque à gagner et nous prive de toute rentrée de trésorerie. Nous avons donc dû suspendre nos remboursements bancaires et le paiement de nos charges sociales. Espérons que cette crise prendra vite fin et que la consommation repartira… »

Magasins à la ferme, marchés, points de vente collectifs Consignes de protection à mettre en place

Afin d’éviter la propagation des virus tout en permettant le fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement alimentaire du pays, les précautions suivantes sont à respecter :

  • Limiter impérativement le nombre de personnes dans les points de vente. A adapter à la surface de vente : ça peut n’être qu’1 ou 2 client à la fois si le point de vente est petit. C’est à vous d’apprécier le nombre de clients présents simultanément (objectif : ne pas avoir de file d’attente au rayon traditionnel, en caisse…)
  • Organiser les files d’attente à l’intérieur (repères au sol pour marquer la distance d’éloignement de 1 mètre entre clients et avec le permanent à la caisse si absence de comptoir assurant cette séparation). Organiser les files d’attente à l’extérieur avec un espacement impératif entre les personnes de 1 m minimum (une personne du point de vente doit pouvoir réguler les entrées et les sorties des clients).
  • Si le personnel alterne entre différentes tâches (caisse, mise en rayon, service), se nettoyer les mains entre chaque tâche (savon ou du gel hydroalcoolique) et notamment après chaque manipulation d’espèces.
  • Gestion des rayons traditionnels – En service arrière, utiliser des pinces pour le service ou tout autre ustensile pour la manipulation des produits (autant de pinces ou ustensiles que de produits disponibles). Les gants sont possibles mais ils amènent à des pratiques à risque sur l’hygiène sanitaire: augmentation des contaminations croisées.
  • Gestion des paiements :
    • Quand c’est possible : privilégier le paiement en CB sans contact sans vous saisir de la CB du client.
    • Paiement par chèque à remplissage manuel : demandez aux clients d’utiliser leur propre stylo.
    • Pour protéger le personnel qui assure l’encaissement, il lui est conseillé de porter des gants. De même, le port du masque est possible ou autre solution : la fixation d’une paroi en plexiglas par exemple.
    • Gestion des paniers, chariots mis à disposition, balance en libre-service : Inciter les clients à utiliser leurs propres sacs. Il est recommandé de ne plus mettre à disposition de paniers ou chariots car ils nécessiteront d’être régulièrement désinfectés ce qui est difficile à mettre en place.
    • Nettoyage-désinfection des plateaux de balances, touches et autres poignées.

De façon générale, il vous faut informer votre clientèle: prévoyez une affiche sur la porte.

Gestion des livraisons

  • Lavage des mains ou solution hydro-alcoolique avant et après chaque livraison.
  • Respecter des distances de sécurité entre personnes au cours des opérations.