Les responsables de la Chambre d’Agriculture et du syndicalisme, accompagnés du Préfet, ont rencontré en visioconférence le Ministre de l’Agriculture pour lui faire part de leurs propositions en matière d’assouplissement des conditions de gestion de l’eau.

En visite sur notre département l’été dernier, le Ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, avait promis de débloquer le dossier de la création de retenues individuelles et de faire du Lot un département test. La profession agricole l’a pris au mot. Le Conseil de l’Agriculture Lotoise a travaillé toute une série de propositions pour assouplir la gestion de l’eau et permettre la création de retenues.
Elles se déclinent à plusieurs niveaux :

  • Modifier le seuil minimal de déclaration à 15 000 m³ stockables et supprimer la règle du cumul des plans d’eau par bassin versant.
  • Alléger le contenu des dossiers de déclaration en s’en tenant au code de l’environnement, en évitant les demandes de compléments, et ne réaliser qu’un dossier simplifié pour les projets d’agrandissement de plans d’eau.
  • Modifier le seuil de dérivation d’un cours d’eau, aujourd’hui à 100 mètres, en le portant à 300 ou 500 mètres, pour rester sous l’autorisation.
    Assouplir les règles de prélèvement dans les plans d’eau déconnectés, en autorisant le dépassement du volume utile maximal et permettre qu’il puisse être rempli en période d’étiage.
  • Associer systématiquement la profession à la cartographie de tous les cours d’eau.
  • Débloquer des aides au curage des retenues anciennes existantes.
  • Simplifier la diffusion grand public des restrictions de prélèvements en clarifiant la rédaction des arrêtés préfectoraux et en rendant plus lisible la carte Propluvia. Trop d’arrêtés mentionnent des communes où il n’y a même pas d’irrigants, incitant à stigmatiser l’agriculture qui n’est pourtant pas concernée ! Ces informations sont illisibles pour le grand public.

Les responsables agricoles ont expliqué ces mesures au Ministre en réaffirmant leur caractère fondamental pour débloquer ce dossier, permettre la création de retenues individuelles par les agriculteurs et assouplir la gestion de l’eau. Ils attendent maintenant des avancées concrètes sur ce dossier majeur.