• juin 21, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 44

Épidémie d’influenza aviaire Abaissement du niveau de risque

Épidémie d’influenza aviaire Abaissement du niveau de risque

Les revenus des producteurs laitiers du Massif central ont légèrement fléchi en 2021 selon les estimations du Réseau INOSYS Sud Massif central (*). En effet sur la soixantaine d’exploitation (hors bio) suivies par les chambres d’agriculture et pour l’essentiel situées dans les zones de montagnes du Massif central, le résultat courant moyen 2021 s’établirait à 16000 €/UMOex, en baisse de 1300 €/UMOex par rapport à 2020 et ce malgré une année climatique et fourragère plus favorable.

Face à l’amélioration de la situation sanitaire nationale au regard de l’influenza aviaire, Marc Fesneau, Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, a décidé d’abaisser le niveau de risque sur le territoire national à «négligeable», à compter du 8 juin 2022. Précisée par un arrêté publié au Journal officiel, cette nouvelle étape permet de lever les restrictions en vigueur sur la très grande majorité du territoire. Depuis le 17 mai 2022, aucun nouveau foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) n’a été détecté en élevage en France et, à ce jour, seuls quelques cas sont confirmés dans la faune sauvage. Dans le même temps, l’amélioration de la situation dans les couloirs migratoires de l’avifaune sauvage traversant la France et les températures saisonnières défavorables à la survie du virus dans l’environnement justifient l’abaissement du niveau de risque. Ainsi, le Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a décidé de ramener le niveau de risque au niveau «négligeable » sur l’ensemble du territoire comme précisé par cet arrêté. Cette nouvelle étape dans la gestion de la crise actuelle amène donc à la levée des mesures de sécurité sanitaire renforcées (parmi lesquelles figurait la mise à l’abri des oiseaux d’élevage),des restrictions de mouvements et des interdictions de rassemblements de volailles. Seules les zones dites réglementées,au sein desquelles des mesures de lutte sont toujours en cours d’exécution, restent concernées par des mesures sanitaires renforcées.Suite à la levée des restrictions et selon la situation dans chaque région, le repeuplement peut intervenir après un nettoyage, une désinfection et un assainissement de plusieurs semaines. D’ores et déjà, dans le Sud-Ouest, l’amélioration de la situation sanitaire avait permis de lever les mesures de restriction aux mouvements et de réintroduire, dès début avril, des galliformes (poules, poulets, pintades, cailles…) et, plus récemment, des palmipèdes dans une grande partie des communes, sous certaines conditions sanitaires. Dans le Grand-Ouest, les nouvelles mises en place d’animaux ont débuté de manière sectorisée depuis le 1er juin 2022. mais la surveillance est maintenue plusieurs semaines sur ces territoires après les remises en place.

Pour notre département, plus de foyers depuis plus de 3 semaines.La levée des zones de protection et de surveillance s’opère petit à petit. La profession suit de très près les indemnisations sanitaires et économiques.

Contact : Macaréna SIREJOL – 06 25 76 26 13