• novembre 2, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 127

Gramat : L’abattoir « la plume du causse » opérationnel

Gramat : L’abattoir « la plume du causse » opérationnel

De nombreuses personnalités, dont les élus du territoire, étaient présents à cette inauguration

L’abattoir palmipèdes et volailles « la plume du causse » a été inauguré le 7 octobre sur le site du Périé à Gramat. Il réalise une prestation d’abattage et de découpe de volailles pour les producteurs du territoire.

 

C’est une idée lancée depuis longtemps par des producteurs de volailles et palmipèdes gras qui constataient un manque d’outil d’abattage et de transformation doté d’un bon niveau qualitatif à destination des producteurs fermiers indépendants. Quatre d’entre eux ont alors décidé de lancer ce projet, Michel Laverdet, Mathieu Liébus, Cyril Garrigues et Jean Pierre Caussanel. Ils ont créé une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) « la plume du causse » et se sont entourés des compétences adéquates pour mener ce projet à bien. Celui-ci s’avère en effet nécessaire à la pérennisation de nombreuses exploitations qui ont besoin d’un tel outil pour assurer un abattage et une découpe de qualité propres à valoriser leur savoir-faire. Par ailleurs, le renforcement des normes d’hygiène dans ce type d’équipement conforte également cette initiative.

 

Entrée en fonction

L’abattoir est entré en fonction en février 2020, juste au moment de la crise de la Covid-19. En 2021, il a permis d’abattre 147000 volailles et 20500 palmipèdes gras, une quantité bien supérieure aux prévisions initiales. C’est la preuve qu’un tel outil était vraiment nécessaire sur notre territoire. Même si la grippe aviaire a diminué ces chiffres en 2022, l’activité reste dynamique. Notons qu’il emploie aujourd’hui une dizaine de salariés alors que trois seulement étaient prévus initialement. Cet équipement a coûté 1,5 millions d’euros et a bénéficié de 540 000 euros de subventions publiques. Il a été soutenu par la Communauté des Communes Cauvaldor, le Parc Naturel Régional et la Chambre d’agriculture. La Région, le Département et l’ADEME ont également participé. Mathieu Liébus souligne « cet outil apporte aujourd’hui de grands services à une quinzaine de producteurs et sa montée en puissance démontre son intérêt. Nous sommes heureux d’avoir pu mener ce long projet à bien… »

Les participants ont pu visiter les installations aux dernières normes d’hygiène

 

Michel Laverdet

« Un équipement indispensable »

« C’est une longue démarche qui a nécessité près de dix ans de persévérance. Nous avons heureusement été soutenus par de nombreuses structures, d’abord le Parc Naturel Régional dès 2012, puis la Communauté des Communes lors de sa création en 2016, et bien entendu la Chambre d’agriculture qui en avait compris l’intérêt. Nous, les producteurs porteurs du projet, avons donc décidé de créer une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), car c’est la forme juridique qui permet d’associer l’ensemble des acteurs, producteurs, collectivités, salariés. De plus, cette forme prévoit le réinvestissement des bénéfices dans le capital de l’équipement. Cela démontre notre volonté de pérenniser cet outil au service du territoire et de ses producteurs. Nous avions compris qu’il y avait un manque sur ce type d’équipement dédié aux éleveurs de volailles et de palmipèdes indépendants. Avec la montée en puissance des ventes en circuit court, beaucoup le réclamaient. C’est maintenant un bel outil opérationnel au service de tous ceux qui le souhaitent, si de nouveaux producteurs sont intéressés pour venir y faire abattre leurs volailles, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter… »