De nombreux agriculteurs ont assisté à la grande démonstration de matériels de fenaison organisée par la Fdcuma le 16 juin à Cazillac. Ils ont pu voir évoluer les dernières générations de matériels et bénéficier des informations sur les conditions d’obtention de fourrages de qualité par les conseillers de la Chambre d’agriculture.

Aujourd’hui, la qualité des fourrages est déterminante pour garantir une alimentation optimale des animaux et améliorer à la fois leurs santés et leurs performances. Mais obtenir des fourrages de qualité ne s’improvise pas. Une fois l’herbe poussée, Il faut respecter les conditions optimales de récolte. Cela passe par l’application de règles précises de coupe et de séchage, ce qui nécessite l’utilisation de matériels de fenaison performants. C’est pourquoi la Fdcuma avait organisé cette journée au champs qui a conjugué la présentation de ces matériels et les conseils techniques.
Matériels innovants
Le président de la Fdcuma, Philippe Rauly, et le conseiller machinisme, Louis Henri Rossignol, ont présenté les différents concessionnaires qui avaient amené leurs matériels. Toutes les marques étaient quasiment représentées avec des équipements allant des faucheuses aux presses en passant par les faneuses et les endaineuses. Chaque concessionnaire a pu expliquer le fonctionnement de ses matériels en détaillant notamment les nouveautés techniques et leurs apports en terme d’amélioration de la productivité et de la qualité du fourrage récolté. Ils ont aussi répondu aux questions des agriculteurs avant de faire évoluer leurs équipements en conditions réelles sur une belle parcelle de prairie aimablement mise à disposition par Philippe Rauly au bord du vignon. Des démonstrations qui ont attisé la curiosité des participants, permettant de juger en direct l’efficacité de ces matériels, en mesurant leur praticité et leur aptitude à travailler le fourrage.
Qualité des fourrages
Présents à cette journée, les conseillers de la Chambre d’agriculture ont pu rappeler les clés de réussite pour obtenir des fourrages de haute qualité. Il convient d’abord de faucher au bon stade des plantes, et de respecter une hauteur de coupe de 8 cm minimum pour leur permettre de mieux repartir. Il faut aussi faucher au bon moment de la journée, après la disparition de la rosée, en fin de matinée ou en début d’après midi afin de maximiser leur teneur en sucres et donc leur valeur alimentaire. Un séchage rapide du foin permet de préserver les sucres. Enfin, la bonne utilisation des matériels doit prévenir la perte des feuilles, un fanage adéquat à raisonner en fonction de la quantité de fourrage, un andainage dans de bonnes conditions et un pressage fournissant les bonnes densités de conservation. L’humidité et le taux de sucres du fourrage sont donc déterminants. On peut aujourd’hui les mesurer avec des appareils du commerce. Par ailleurs, La Chambre d’agriculture propose de réaliser des analyses complètes de fourrage à tout moment, il suffit de faire passer les échantillons au service. Enfin, le GDS 46 s’est équipé d’outils de mesure de la conservation et de la qualité des fourrages, et chacun peut y faire appel.