Les éleveurs caprins sont nombreux à s’inquiéter suite à l’annonce de l’arrêt du ramassage des chevreaux naissants par certains engraisseurs, notamment du Grand Ouest. Cette situation devient insoutenable, le chantage au non-ramassage de nos chevreaux n’a que trop duré. Ce jeudi 4 mars l’action menée par une partie des engraisseurs vis à vis de leurs acheteurs continue de renforcer cette situation qui met les éleveurs dans un profond désarroi, une incertitude et une pression totalement insupportables.Or, ils ont déjà consenti depuis l’automne des baisses de prix du chevreau allant jusqu’à 80%. Des initiatives ont été encouragées pour assainir le marché autant que faire se peut, comme les lactations longues, l’engraissement à la ferme et la valorisation en circuit courts. Des rencontres entre la filière laitière et la filière viande ont été organisées. La FNEC a fortement contribué à l’obtention d’un soutien financier conséquent des pouvoirs publics et un financement par l’ANICAP d’une campagne de promotion du chevreau d’envergure en 2021 pour aider à la dynamique du marché en compensation des acheteurs absents du fait de la situation sanitaire. Les éleveurs naisseurs ne veulent plus être la variable d’ajustement des relations contractuelles entre les engraisseurs et les abatteurs.Nous demandons à chacun des protagonistes de prendre leurs responsabilités. Les tenants et aboutissants sont sur la table depuis le15 septembre 2020 où l’accord de sortie de crise a été signé par les parties et doit aujourd’hui être respecté. Abatteurs et engraisseurs ont l’obligation de trouver un accord rapidement et arrêter de prendre en otage les éleveurs naisseurs.La pression sur la collecte des chevreaux et sur leurs prix d’achat atteint la limite du mépris porté aux éleveurs. Les administrateurs de la FNEC, le collège producteur d’Interbev caprins et l’équipe de la FNEC sont toujours mobilisés pour décoincer la situation… »
Sur notre département
Bertrand GOURAUD, éleveur à Vaylats, pointe aussi un problème « Les grilles de paiement du lait ont amené certains éleveurs à décaler leurs mises bas plus tard, occasionnant un problème d’enlèvement des chevreaux…. »