La Chambre d’agriculture a organisé une journée de rencontre entre des producteurs Lotois en Agriculture Biologique et des acheteurs de la restauration collective, le 3 novembre à Cahors. Les uns et les autres envisagent l’opportunité de travailler ensemble pour approvisionner la restauration et les débouchés locaux.

La loi Egalim prévoyant au moins 20 % de produits bio et 50 % de produits d’origine locale dans les menus de la restauration collective à partir de 2022, les acheteurs de ces cantines cherchent de nouveaux producteurs pour respecter cette obligation. Forte de ce constat, la Chambre d’Agriculture a réalisé une grande enquête pour évaluer les besoins de ces acheteurs de produits bio (primeurs, grossistes, magasins de producteurs, magasins spécialisés, épiceries, coopératives) ainsi qu’auprès des maraîchers et producteurs de légumes plein champs pour estimer leur offre. Les résultats de cette enquête confirment qu’il existe une offre et une demande pour ces produits alimentaires. La Chambre d’agriculture a donc décidé d’organiser cette journée pour les mettre en relation.
Rencontres en salle
Une trentaine d’entre eux ont répondu présent le 3 novembre à Cahors. Divisée en deux temps, cette journée s’est partagée entre la matinée consacrée aux productions légumières bio et l’après-midi réservée aux productions légumineuses bio (lentilles, haricots, pois chiche, soja, chia…). Cette rencontre a permis des échanges fructueux, notamment sur l’organisation des achats par les opérateurs, les livraisons par les producteurs, les volumes souhaités, les prix proposés, la contractualisation. Les participants ont pu mesurer les contraintes de leurs interlocuteurs, débattre sur les procédures à respecter et ont commencé à envisager des solutions, pour pouvoir travailler ensemble. Une rencontre très constructive qui sera renouvelée et approfondie dans les mois à venir. En effet, les thématiques soulevées lors du débat appellent des réponses et des partages d’expériences pour parvenir à travailler ensemble.

Casdar