Le président de la République s’est rendu aux Terres de Jim, la plus grande fête agricole en plein air d’Europe, organisé par Jeunes Agriculteurs, pour évoquer les enjeux liés à la jeunesse agricole, en mettant notamment l’accent sur la gestion des risques. Répondant à une promesse de venir à l’un des événements durant le quinquennat, il a choisi les Jeunes pour faire une annonce historique sur un enjeu attendu par toute la profession.

Lors d’un temps d’échange et de témoignages avec les jeunes agriculteurs, Emmanuel Macron a détaillé le nouveau système de gestion des risques qui devrait être présenté via un projet de loi porté par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et annoncé une enveloppe de 600 millions d’euros, montant inédit. Les Jeunes Agriculteurs saluent ce projet indispensable à la profession, qui répond à un travail et une demande de longue date du syndicat. Le président de la République s’est engagé à faire aboutir cette loi avant la fin du quinquenat.
Il s’est également exprimé sur la question de l’installation, en évoquant en particulier la nécessité de faciliter l’accès au foncier aux jeunes. D’abord en faisant aboutir au Sénat la proposition de loi portée par Jean-Bernard Sempastous concernant le marché des parts de sociétés. Il a également appuyé l’ambition de créer un fonds de portage pour faciliter l’installation des jeunes, projet sur lequel, les jeunes agriculteurs seront présents pour travailler avec Julien Denormandie qui soumettra sa proposition en décembre.
Sur la question du revenu, il a rappelé que c’était un axe essentiel pour le renouvellement des générations en agriculture. Nous devons envoyer un message clair aux jeunes qui souhaitent s’installer : s’ils s’engagent dans le métier d’agriculteur, ils pourront vivre décemment de leur métier. Il a rappelé les avancées que devraient permettre la loi portée par Grégory Besson-Moreau. Jeunes Agriculteurs restera très vigilant sur ce sujet.
« Renouveller, protéger et progresser : ce sont, au fond, les messages que le président de la Répubilque a fait passer. En choisissant les Jeunes Agriculteurs, il a montré qu’ils sont l’avenir de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire..» a déclaré Samuel Vandaele, président de Jeunes Agriculteurs.