La région Occitanie vient de voter une enveloppe pour lancer des contrats de filières « agriculture durable ». Leur objectif est d’aider les agriculteurs à réfléchir sur leurs pratiques et leurs investissements pour promouvoir cette transition.

Pour accompagner la transition des exploitations vers des pratiques durables, la Région financera les actions (diagnostics, suivis d’exploitation…) menées par les organismes de conseil auprès des agriculteurs. Afin d’adapter au mieux ces contrats « Agriculture Durable » aux réalités du terrain, une expérimentation est lancée en 2021 dans six territoires tests, avant un déploiement à l’horizon de la future PAC à partir de 2023.
Expérimentation
Ces territoires sont représentatifs de la diversité des filières. Ainsi dans les Hautes-Pyrénées, la coopérative Euralis veut mobiliser des agriculteurs des coteaux de Bigorre. Dans le Gers et le Tarn-et-Garonne, la coopérative Qualisol accompagnera des agriculteurs en productions spécialisées, grandes cultures et arboriculture. La Chambre d’agriculture de l’Aveyron touchera toutes les filières d’élevage et celle de la Haute-Garonne un groupe d’éleveurs en bovin lait du Comminges s’intéressant au label bas carbone. Dans l’Hérault, la cave coopérative de CastelBarry, à Montpeyroux, est engagée sur le label Vignerons Développement durable et le bio, tandis que la Haute Vallée de l’Aude travaille sur un projet alimentaire territorial impliquant plusieurs filières et de nombreux partenaires.
Contrat filières animales
Le Contrat de filières animales a notamment pour objectif d’améliorer le revenu des éleveurs. Après le Pacte Alimentation Durable en 2018 et les contrats de filières pour la viticulture et pour l’agroalimentaire en 2019, la Région approuve le Contrat de filières animales, bâti avec l’Etat et les organisations professionnelles. Ce contrat global couvre toutes les filières d’élevage, de la production aux consommateurs. Les priorités affirmées sont les suivantes: améliorer le revenu des éleveurs, promouvoir un élevage durable respectant le bien-être animal, renforcer la complémentarité des territoires, favoriser la viabilité des exploitations et le renouvellement des générations. Ces grands objectifs se déclinent en 13 actions. La Région a déjà voté 200 000 € pour lancer les premières, comme le développement d’une filière porcine durable et bio, l’informatisation de la filière ovine, l’autonomie des élevages en fourrages, l’évolution des cahiers des charges des productions engagées sous signes de qualité et d’origine, ou encore la lutte contre la désertification vétérinaire.