Au cœur des vendanges, les premières observations rassurent les vignerons Lotois. Si les rendements espérés se rapprochent d’une année moyenne, la qualité est extrêmement prometteuse avec un millésime qui pourrait s’avérer particulièrement goûteux.

La saison 2020 se termine plutôt bien pour les vignerons Lotois. Une fructification exceptionnellement abondante avait permis à la vigne d’avoir des grappes très chargées. Ceci présageait des rendements élevés mais la sécheresse et l’épisode caniculaire estival ont cramé et desséché les grappes les plus exposées. Les pluies orageuses de mi août ont heureusement soulagé le végétal, lui redonnant de la vigueur. Puis le coup de chaleur très tardif de mi septembre a de nouveau fait souffrir les ceps. Enfin, les pluies de cette semaine ont rétabli l’équilibre.
Au final, les rendements sont proches des moyennes de la dernière décennie. Ils sont évidemment variables en fonction des terroirs et des expositions.

Qualité attendue

Sur le plan qualitatif, la plupart des vignerons constatent de très belles promesses. Il faut dire que l’année a été très saine, avec peu de maladies, quasiment pas de botrytis et juste un peu de mildiou sur certains cépages comme le malbec. Une bonne configuration végétale accompagnée d’une météo favorisant la richesse des arômes et des goûts. Ce millésime 2020 s’annonce donc de très belle facture et peut fournir des vins de garde de haute qualité. Il convient maintenant d’attendre la fin de la récolte et la conduite des vinifications pour voir évoluer le produit. Après deux années perturbées par le gel et les orages, les vignerons Lotois comptent sur ce millésime pour redresser leurs trésoreries en espérant un sursaut des marchés. Dans un contexte géopolitique international très incertain (Brexit, taxe Trump, Covid-19…) les vins Lotois trouveront-ils le chemin des ventes et à quel prix ? Réponse dans les mois à venir.