• janvier 20, 2021
  • Aucun Commentaire
  • 389

Création de réserves d’eau De nouvelles réalisations individuelles très utiles

Création de réserves d’eau De nouvelles réalisations individuelles très utiles

Devant les grandes difficultés pour créer des réserves d’eau collectives, les agriculteurs irrigants se sont tournés vers la constitution de réserves individuelles plus petites. Plusieurs projets sont déjà en cours dont certains finalisés, ce qui permet de tirer les premiers enseignements de ces initiatives et du protocole mis en place depuis 2017 entre la DDT et la Chambre d’agriculture.

Après une période d’arrêt et une mobilisation des irrigants Lotois appuyés par la Chambre d’agriculture et l’UASA, la création de retenues individuelles a redémarré sur notre département. Plusieurs agriculteurs ont pu réaliser des petits lacs individuels. Six projets de retenues supérieures à 1000 m² ont reçu l’autorisation de l’administration, et plusieurs autres de moins de 1000 m² (non soumis à déclaration) ont également reçu un accord de travaux. Ce mouvement correspond à de véritables attentes et au besoin d’eau pour sécuriser les productions dans un contexte de périodes estivales de plus en plus sèches.
Début 2022, la DDT proposera un nouveau formulaire de déclaration de création/agrandissement de plan d’eau qui sera encore plus simplifié pour le pétitionnaire. Cet assouplissement fait suite aux divers retours d’expérience depuis 2017 et à la demande toujours présente de la profession agricole d’alléger le contenu administratif de ces dossiers. Ce formulaire concernera directement les cas de plans d’eau dits « simples », c’est à dire en excluant ceux qui pourraient être situés sur zone humide ou encore alimentés par un cours d’eau.
Procédure interne pour les projets de création de lacs individuels

Schema irrigation

[box type= »bio »] Frédéric Deilhes

Belfort du Quercy « Un projet enfin abouti »

Installé en GAEC avec son frère sur une exploitation laitière complétée par la production de melons, potimarrons, buternuts et colza semence, Frédéric Deilhes a besoin d’eau pour sécuriser ses cultures « L’irrigation est indispensable à notre exploitation et nous avons décidé de créer un nouveau lac individuel de 13000 m³ environ avec un réseau d’eau enterré pour rationaliser et sécuriser toutes nos productions. Nous avions lancé un premier projet sur un site très propice mais il a été classé en zone humide par l’administration, ce qui a condamné le projet. Nous avons donc été contraints de changer de lieu pour ce nouveau lac de 4500 m². Il a fallu réaliser une nouvelle étude technique du sol et remonter un dossier administratif assez complexe. Le bureau d’études a du répondre à toutes les questions de l’administration et justifier tous les choix. Nous avons finalement obtenu l’autorisation en février 2021. J’ai choisi l’entreprise de travaux publics d’Alexandre Trezières de Saint Paul-Flaugnac, spécialisée dans la création et le curage de lacs collinaires, pour le réaliser. Ils sont venus effectuer les travaux du 15 septembre au 15 octobre. Le lac est donc terminé et en train de se remplir. Quant au matériel de pompage et de canalisation, je l’ai déjà commandé et il sera mis en place au printemps 2022. Nous souhaitons être opérationnels pour l’été prochain…»[/box]

[box type= »bio »] Damien Lafragette

Prendeignes « 8 mois de préparation »

Damien Lafragette s’est installé début 2021 sur une petite exploitation avec un projet novateur, la plantation de 3 ha de myrtilles. C’est le premier producteur Lotois à tenter cette culture qui jouit aujourd’hui d’un marché porteur. Bénéficiant d’une qualité de sol et d’une exposition propices, il ne lui manquait que l’eau pour irriguer « je plante plusieurs variétés à gros fruit dont la récolte va s’étaler de juillet à septembre. L’irrigation est indispensable à la fois pour hydrater les arbustes et leur apporter la fertilisation. Mais ici, en zone de montagne, pas facile de trouver de l’eau. J’ai donc monté un dossier de création d’une réserve de 8600 m³ sur 3000 m². J’ai la chance d’avoir un site à côté d’un ruisseau mais il est interdit d’être sur le cours d’eau. C’est donc une réserve par dérivation. Je peux dériver l’eau de novembre à avril mais pas l’été. Cette impossibilité m’a obligé à mettre une géomembrane étanche pour éviter les fuites estivales. Côté administratif, j’ai du financer une étude par un cabinet pour répondre à toutes les exigences de la loi sur l’eau. Il a aussi fallu monter un dossier pour le service urbanisme du grand Figeac, soumis à consultation de la commission départementale Cdpenaf. Elle a rendu un avis favorable. Enfin, j’ai également monté un dossier pour soumettre le projet à l’avis du contrat de rivière. Ces trois démarches ont nécessité 8 mois, ce qui est relativement court mais il a fallu être réactif et suivre de près les réponses. La réserve a finalement été construite l’été dernier et j’ai commencé à installer les équipements d’arrosage, canalisations, lignes de goutte à goutte, pour être opérationnel au printemps 2022…»[/box]