• décembre 10, 2021
  • Aucun Commentaire
  • 522

Vente aux enchères de Bovidoc Une première édition très réussie

Vente aux enchères de Bovidoc Une première édition très réussie

Plus de 200 éleveurs étaient présents à Gramat pour la première vente aux enchères d’animaux de boucherie organisée par l’équipe du groupement Capel Bovidoc. Bénéficiant d’une météo exceptionnellement belle, cette manifestation est une véritable réussite. Elle a permis de montrer le haut niveau de qualité des bêtes présentées et de mobiliser les acheteurs qui ont proposé des prix particulièrement intéressants. Des vaches aux veaux, tous les animaux ont trouvé preneur. Cette vente a également permis de resserrer les liens de confiance et d’amitié au sein de la filière bovine en se terminant autour d’un repas convivial.

L’équipe technique de Bovidoc emmenée par Christian Condamine et son président, Stéphane Bourdarias, a réussi son pari en organisant le 18 novembre cette grande première sur le site de tri du périé à Gramat. De très nombreux éleveurs mais aussi des techniciens, bouchers, acheteurs et autres acteurs de la filière bovin viande avaient répondu à l’invitation et se sont pressés autour du chapiteau de vente tout au long de cette matinée exceptionnelle.

Animaux d’excellence
Il faut dire que le spectacle était à la hauteur des attentes de tous ces connaisseurs puisque le groupement Bovidoc avait sélectionné une cinquantaine de bêtes particulièrement bien conformées. Originaires des meilleurs élevages de tout le bassin de production, du Limousin au Quercy en passant par le Périgord ou le cantal, les visiteurs ont pu admirer ces animaux constituant l’élite de nos élevages. C’est tout le savoir-faire et la passion de ces éleveurs qui s’exprimaient au cours de cette vente aux enchères. Issues de nombreuses années de sélection génétique et de conduites d’engraissement bien menées, ces bêtes affichaient une conformation et des aptitudes exceptionnelles. Les acheteurs présents ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en faisant monter les enchères pour acquérir ces animaux d’exception. Des vaches aux veaux de lait, quelle que soit la race, limousines, blondes, salers ou croisées, originaires d’élevages en filière label rouge, bio ou autres, la qualité était au rendez-vous. Tous les acheteurs et professionnels présents ont salué ce haut niveau qui témoigne du savoir-faire et de l’engagement pour cette filière.
Des prix intéressants
Si l’animal qui décroche le grand prix d’excellence a été vendu au prix exceptionnel de 12,50 € le kilo, on retiendra que la grande majorité des bêtes sont parties à des prix oscillant entre 6 et 8 € le kilo. Un niveau élevé qui prouve que l’excellente qualité trouve toujours des acheteurs. Ceux-ci savent qu’ils peuvent la valoriser et fournir des consommateurs amateurs de très bonne viande. C’est donc un signal positif pour toute la filière et pour les nombreux éleveurs aujourd’hui confrontés à des interrogations sur l’avenir du métier. Dans un contexte de flambée des charges et de pression sur les prix de vente, les animaux de qualité trouvent encore preneurs. Le président de Bovidoc, Stéphane Bourdarias, l’a souligné lors de son discours de clôture, remerciant chaleureusement les éleveurs qui ont fourni ces animaux et les félicitant pour toute la passion mise au service de cet élevage. Il a également félicité toute son équipe technique qui s’est fortement mobilisée pour organiser cette grande vente aux enchères. Une manifestation d’envergure qui a exigé beaucoup de temps de préparation et la mobilisation de toute l’équipe Capel. A travers cette journée, le groupement souhaitait aussi resserrer les liens des différents acteurs de la filière après deux années difficiles pour cause de crise sanitaire. Le monde de l’élevage, parfois décrié, démontre ainsi qu’il sait produire dans le plus grand respect de l’animal et de son environnement. Sur notre bassin de production voué au pâturage à l’herbe et aux races autochtones, les éleveurs témoignent que rien ne peut remplacer leur activité. Celle-ci s’avère tout simplement vitale pour la survie même de nos paysages et l’habitabilité de ce territoire.