• janvier 1, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 507

Ovilot  La F1 46, une brebis aux capacités reconnues !

Ovilot  La F1 46, une brebis aux capacités reconnues !

Pour la troisième année, un lot de 500 agnelles F1 46 a été acheté par une coopérative de Picardie. Des sélectionneurs, multiplicateurs et techniciens d’Ovilot se sont rendus à leur rencontre.

Ces deux journées organisées conjointement par le technicien de la coopérative EMC 2, Laurent Loury et les techniciens d’Ovilot avaient plusieurs objectifs, mieux comprendre les attentes des éleveurs utilisateurs de la race F1 46 dans cette zone céréalière mais aussi faire découvrir le travail technique et génétique d’Ovilot à ces nouveaux acheteurs afin de les fidéliser. Le groupe a profité du voyage pour se rendre à l’OS Ile de France (OSON) et à la rencontre des éleveurs de la race. La première journée s’est articulée autour de la visite du centre d’élevage et centre d’insémination de la race Ile de France situé sur la commune de Verdilly où Emmanuel Fontaine, président de la race, a pris le temps de recevoir le groupe. Elle a permis aux éleveurs d’échanger sur les caractéristiques recherchées sur les béliers Ile de France dans le schéma double étage des éleveurs d’Ovilot autant au niveau des qualités maternelles que bouchères. Une conclusion, le Lot recherche des béliers qui conservent ces deux éléments essentiels que sont la capacité d’adaptation au territoire et le dessaisonnement naturel mais que les acteurs de la race continuent à travailler sur l’aspect boucher qui se transmet sur les agnelles du schéma. Pour illustrer ces points, s’en est suivi la visite de l’élevage en sélection Ile de France du technicien et éleveur, Laurent Loury, riche en discussion et en partage d’expérience. Le lendemain était consacré à la visite de deux troupeaux acheteurs d’agnelles F1 46 depuis trois ans. L’objectif de ces nouveaux éleveurs étant de valoriser des couverts végétaux et des parcelles dont les rendements sont moins intéressants pour les grandes cultures.
Visites
La famille Lescop, utilisateur de 500 brebis F1 46 dans l’Aisne, sur une exploitation céréalière. Le troupeau mené en quasi plein air intégral toute l’année est organisé en une seule période de mise bas au mois d’Août. Cela permet une bonne valorisation de l’agneau en fin d’automne (période de contre saison) tout en ayant les coûts de production très faibles grâce au pâturage tournant.  L’objectif du couple d’éleveurs est de stabiliser le troupeau à 600 brebis avec 1 UTH (35h/semaine). L’autre visite était chez Alexandre Leycuer et Sophia Symphal, éleveurs sans terres, qui utilisent uniquement le pâturage pour leurs 800 brebis chez des céréaliers voisins. Ils ont mis en place leur troupeau avec une seule mise bas en août afin de valoriser les couverts végétaux d’après récoltes. Il en ressort que la brebis F1 46 correspond parfaitement à leurs besoins. Ses origines font d’elle une brebis rustique avec de bonnes aptitudes maternelles et bouchères. Elle se dessaisonne facilement et sans hormones. Ils ont aussi souligné sa prolificité régulière, autour de 1,65 (avec très peu de portées Triple et plus) et sa facilité de conduite en grande troupe. Enfin, ils ont mis en évidence une excellente adaptation aux aléas climatiques sur leur territoire. Laurent Loury, interlocuteur d’Ovilot, conclue « l’agnelle F1 46 est un juste équilibre entre productivité et capacité d’adaptation. Je recherchais pour notre secteur géographique, bien diffèrent du Lot,  une brebis F1 pour bénéficier de rusticité sur les agneaux naissants et retrouver des carcasses avec un minimum de conformation à l’abattoir. Nous avons essayé plusieurs croisements et la F1 46 a su nous convaincre. Elle a eu de très bons résultats en première lutte. Et Ovilot est une des seules OS qui peut nous fournir autant d’agnelles issues de cheptels suivis sur une même période ».

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *