• février 4, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 416

Chambre d’agriculture Des partenariats pour préparer l’avenir

Chambre d’agriculture Des partenariats pour préparer l’avenir

Les membres de la Chambre d’agriculture étaient réunis en session le 26 novembre à Cahors. Le président Christophe Canal avait invité le président de Cauvaldor, Raphaël Daubet et celui de la Capel, Gérard Lavinal, pour échanger sur les partenariats mis en place afin de préparer l’avenir du territoire.

Sur le plan budgétaire, la Chambre d’agriculture connaît désormais le cadre des perspectives nationales à moyen terme. L’APCA vient de signer le contrat d’objectif avec le Ministère de l’Agriculture pour les trois années à venir. Christophe Canal se félicitait que le Ministère ait accepté le maintien du taux de l’impôt chambre. Mais celle-ci devra en reverser 30 % au réseau régional et national, dont 10 % pourront revenir à Cahors si la Chambre respecte rigoureusement ce contrat d’objectif. Les services se mobilisent donc pour développer leur offre de prestations et moderniser le management interne de l’institution. Une démarche volontariste qui cible des axes prioritaires de travail comme l’implication dans les territoires aux côtés des communautés de communes ou l’accompagnement des agriculteurs dans les transitions économiques, sociétales et climatiques.
Partenariat avec Cauvaldor
Ce premier partenariat signé par la Chambre du Lot avec une communauté de communes est effectif depuis un an, ce qui permet aux deux organisations d’en tirer un premier bilan. Il est axé sur la valorisation du territoire, l’approvisionnement local de la restauration collective, le renouvellement des générations d’agriculteurs, la meilleure connaissance du métier et la préservation des outils de transformation, notamment l’abattoir de Saint-Céré. Christophe Canal se félicitait de cette collaboration au service du territoire. Raphaël Daubet affirmait que ce partenariat est profondément légitime tant l’agriculture est au cœur de ce terroir avec des enjeux vitaux « cette première année porte déjà de beaux résultats et nous avons besoin de votre expertise. L’agriculture est au centre des enjeux de Cauvaldor, alimentation durable, préservation de l’environnement, elle est aujourd’hui un champs d’exploration et d’innovation incontournable. Je voulais aussi vous féliciter pour la qualité de l’audit que vous avez mené sur l’abattoir et qui nous ouvre de nouvelles perspectives pour l’avenir… »
Relance filière ovine
Le président de la Capel, Gérard Lavinal, intervenait ensuite pour présenter l’ambition du plan de relance de la filière ovine. Un plan porté par les partenaires professionnels unis, dont la Chambre d’agriculture, pour relancer la production et renforcer ses performances économiques, sociales et environnementales. Il s’adresse à l’ensemble des éleveurs quelque soit l’organisme de production et misera sur trois leviers, la compétitivité des ateliers, le maintien du tissu des exploitations et l’élevage comme garant de la biodiversité. La Chambre d’agriculture va y jouer son rôle en accompagnant les éleveurs vers des pratiques durables aux performances environnementales renforcées. Les deux présidents se félicitaient de l’unité professionnelle à l’œuvre pour porter cette démarche qui arrive au bon moment dans un contexte de reconquête de la souveraineté alimentaire et de marché ovin porteur. Tout est donc réuni pour assurer son succès et Gérard Lavinal a remercié l’engagement politique et technique de la Chambre d’agriculture sur le dossier.


Actualité de crise
Les membres abordaient ensuite les différents sujets d’actualité sur un ton beaucoup plus grave. La flambée des charges inquiète tous les agriculteurs qui espèrent enfin un effet positif de la loi Egalim 2 avec une revalorisation de leurs prix de vente. L’élevage laitier est aussi en émoi avec l’annonce de Danone qui prévoit de reconvertir son usine de Villecomtal en fabrication de produits végétaux. Les membres adoptaient une motion appelant Danone à respecter ses engagements vis à vis des producteurs Lotois et à ne pas les abandonner sur le bord du chemin. Ils votaient également une autre motion de soutien aux irrigants Charentais en condamnant fermement les saccages de leurs réserves d’eau. Au niveau viticole, Sébastien Sigaud du syndicat de défense du vin de Cahors réclamait une refonte du système d’assurance récolte aujourd’hui obsolète, car la multiplication des sinistres climatiques pousse beaucoup de vignerons au bord du gouffre. Un dossier porté au premier Ministre lors de sa venue. Le vice président du département, Rémi Branco, précisait quant à lui l’ambition d’aller vers un projet alimentaire de territoire au niveau départemental en augmentant la part d’approvisionnement local en produits de qualité. Il se disait très satisfait du travail mené en collaboration avec la Chambre d’agriculture et l’association mangez Lotois. Enfin, le Préfet du Lot concluait la session en soulignant qu’il avait choisi l’installation des jeunes agriculteurs comme objectif prioritaire de son action, preuve de l’importance qu’il accorde à ce sujet majeur pour l’avenir du métier. Il compte bien entendu sur la Chambre d’agriculture pour continuer à piloter cette mission.