• juin 8, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 250

Plan de relance ovin Les premières actions sont lancées

Plan de relance ovin Les premières actions sont lancées

Lancé à l’automne 2021, porté par la Capel, en partenariat avec la Chambre d’Agriculture, l’association des éleveurs d’Agneau Fermier Du Quercy, le Syndicat Ovin, ainsi que les établissements Destrel, l’Idele et l’Adasea, les actions du plan de relance de la filière ovine Lotoise, partie amont, se mettent en place. L’objectif de ce plan est de pérenniser la production d’agneaux dans le département, en confortant les exploitations en place, en favorisant le renouvellement des générations, et en créant de nouveaux ateliers. Cette chronique permettra de vous tenir informés des avancées du plan, mais également de vous informer des actions qui vous sont destinées.

Actualiser la photographie de la filière

  • Un état des lieux économique.
    Sur le principe annuel, relancé dans le cadre de ce plan, dans le contexte des hausses de coûts des intrants, grâce aux chiffres des GTE réalisées sur trente exploitations par les techniciens des Organismes de Producteurs, analyse des coûts de production de l’année 2021. Ils seront classés par systèmes. La diffusion de ce travail est prévue à l’automne 2022 et permettra de comparer les résultats aux autres années, régions…
  • Organisation du travail, perception du métier.
    Un questionnaire est en cours de réalisation et servira de support d’audits au sein de trente exploitations. Les sujets de l’organisation du travail, de la perception du métier, et du renouvellement des générations seront abordés avec les éleveurs. Trois types d’exploitations seront ciblées: «avec JA», «en rythme de croisière», «en réflexion ou démarche de transmettre/céder». Le début de ce travail est prévu pour l’été 2022, et va aider à identifier les freins et les motivations à l’installation, ainsi que l’attractivité du métier.
  • Analyse du temps de travail par le numérique .
    Le plan de relance permet d’ouvrir des chantiers innovants. En parallèle et sur le thème du travail en élevage ovin, des données chiffrées vont être collectées auprès d’exploitations spécialisées, cela grâce à l’application Aptimiz, développée par une jeune entreprise. Cette appli sera installée sur les smartphones de tous les exploitants, durant une année, et permettra de différencier les tâches grâce à la géolocalisation. Alimentation, pesée-tri d’agneaux à l’engraissement, conduite au pâturage, travail administratif au bureau… A la fin de ce programme il sera possible de comparer les ressentis et les données objectives. A noter, les éleveurs participant au programme Aptimiz seront intégrés à un cycle de formation sur l’organisation du travail, ils seront ainsi créateurs de solutions à diffuser à l’ensemble de la filière. Si vous êtes intéressé par cette démarche, si vous vous posez des questions, n’hésitez pas à vous inscrire.
  • Caractérisation environnementale de la filière
    Il est établi et reconnu que l’élevage ovin contribue à maintenir les espaces sensibles lotois (pelouses sèches, landes et parcours…) et les paysages ouverts (prévention incendies). Les partenaires du programme avec le Parc Naturel Régional, le Conseil Départemental, ont initié un travail de croisement de données cartographiques de l’occupation des sols lotois par la filière ovine et les éléments de la biodiversité. Ce document viendra en argumentaire pour la communication, assurée par la partie aval à visée un peu plus lointaine, et posera certaines bases en faveur de la rémunération d’éleveurs pour services rendus environnementaux.

Des actions en faveur de la performance économique et sociale des exploitations
Trois cycles de formations sont prévus à destination des éleveurs. Ils sont programmés durant l’hiver 2022-2023, et 2023-2024. Ils seront assurés par des intervenants de l’Idele: Laurence Sagot et Patrice Pierre. Ces formations viseront à proposer des solutions en faveur de l’autonomie en général : autonomie fourragère, protéique, disponibilité de vert toute l’année, adaptation au changement climatique, et économie en concentrés et en intrants divers. Autant de défis pour l’élevage ovin de demain. Des essais culturaux «assurer une ressource de vert en hiver». Toujours en partenariat avec l’Idele, il est prévu que des essais, dont le but est de contribuer à assurer une ressource de vert en hiver dans les élevages, soient mis en place dès l’automne 2022 dans des fermes ovines lotoises: pâturage hivernal sur méteil destiné à la récolte en immature, pâturage hivernal sur céréales d’hiver destinées à la moisson.
Faciliter l’installation et la transmission
Un travail de recensement des exploitations en réflexion ou en démarche de céder, en collaboration avec les techniciens des OP et le service installation, est en cours. Parallèlement, les porteurs de projet en élevage ovin inscrits au registre départ installation ont été passés en revue et contactés, dans le but de créer un lien entre les cédants d’un côté, et les aspirants à l’installation de l’autre. Cet axe de développement est primordial dans le plan de relance de la filière ovine. Si vous vous sentez concerné par cette volonté de céder ou de vous installer dans ce métier d’avenir qu’est l’élevage ovin, n’hésitez pas à vous manifester.

Pour avoir des informations complémentaires, pour vous inscrire aux différentes actions, vous pouvez contacter votre technicien et/ou François Labrunie au 06 79 13 60 60 (animateur du plan de relance).