• septembre 26, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 563

Sommet de l’élevage 2022 : Les éleveurs Lotois au rendez-vous les 4 et 7 octobre

Sommet de l’élevage 2022 : Les éleveurs Lotois au rendez-vous les 4 et 7 octobre

Principal salon consacré à l’élevage sur toute la France, et fief des éleveurs du grand massif central, le sommet de l’élevage accueillera encore cette année l’élite du secteur, notamment les éleveurs Lotois qui vont faire le déplacement.

 

Les éleveurs Prim’Holstein en force

Pas moins de sept éleveurs Lotois de Prim’Holstein, représentant les meilleurs animaux du département, seront présents au concours très attendu organisé dans le cadre de ce sommet. Les GAEC de Las Bessières, Lespinas, Belle Fontaine, Bel Horizon et Sainte marie pour la région du ségala, et le GAEC Marconnier de Castelnau-Montratier, ainsi que Damien Descargues. Ils y amèneront leurs meilleurs animaux, la plupart déjà remarqués ou primés au concours départemental bovin de fin août. Mais le niveau sera beaucoup plus relevé à Cournon, l’élite du grand massif central étant présente.

On note également la présence de Serge Roussilhes qui présentera des vaches Montbéliardes.

 

Jean Marc et Marie Pierre Larribe sont prêts pour partir à Cournon

Jean Marc Larribe (président du syndicat des éleveurs Prim’Holstein)

« Un gros travail de préparation et d’équipe » 

« Je suis associé avec mon épouse Marie Pierre et André Cadiergues au sein du GAEC Las Bessières où nous avons 70 vaches Prim’Holstein en production. Nous faisons de la sélection génétique depuis vingt cinq ans en utilisant des semences de taureaux Américains ou Canadiens. Nous avons commencé les concours en 1997, d’abord au niveau départemental puis régional. Nous amenons nos meilleures vaches à Cournon depuis une vingtaine d’années. Au syndicat Prim’Holstein, nous sommes un petit groupe d’éleveurs, tous amis et motivés par ces compétitions qui rassemblent l’élite de la race. Nous constituons une vraie équipe Lotoise qui s’entraide et amenons 11 animaux à Cournon pendant six jours. C’est un gros engagement car cela nécessite un important travail de préparation. Il faut d’abord dresser les vaches, leur apprendre patiemment à marcher au licol puis à lever la tête en marchant. Cela exige de longues heures de répétitions. Vient ensuite sur place la préparation de l’animal au défilé, plusieurs lavages et une tonte spécifique pour laquelle nous faisons appel à un clipper, un spécialiste de cette pratique. Car la tonte doit mettre en valeur la ligne de dos et les attaches, éléments déterminants dans la notation du juge. Nous passons de l’huile sur les mamelles qui doivent être impeccables et pleines avec 12 à 15 litres de lait pour mettre en valeur leur potentiel. Afin de maintenir la propreté des animaux, il faut passer la nuit à côté d’eux et éviter tout salissement. Nous nous entraidons entre éleveurs pour assurer cette surveillance. Ces concours ne sont donc pas de tout repos et exigent un très gros engagement. Mais quelle joie quand vous classez une vache comme notre Joy GLB première de sa catégorie comme l’an dernier ! Ces succès sont avant tout la récompense d’un vrai travail d’équipe, celui des éleveurs du syndicat Prim’Holstein qu’il faut saluer… »

Ovins

En moutons, c’est l’organisme de sélection Ovilot qui tiendra un stand pour présenter la race des causses du Lot et son schéma de sélection génétique qui s’apprête à fêter son trentième anniversaire. L’occasion de montrer les progrès génétiques accomplis grâce à la FI 46, et son importance au cœur de la filière ovine Lotoise. Ce schéma de sélection a su s’inscrire dans le temps et relever de nombreux défis pour permettre la diffusion du progrès génétique à toute la filière. A cette occasion, il est prévu une présentation de cette F1 46 sur le grand ring ovin du salon, le mercredi 5 octobre à 13 H 30. Une présentation suivie d’un regroupement des éleveurs et techniciens sur le stand d’Ovilot. La production ovine Lotoise sera donc bien représentée à ce sommet de l’élevage.