• décembre 21, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 370

Innov’action : La valorisation des effluents agricoles par la méthanisation

Innov’action : La valorisation des effluents agricoles par la méthanisation

Les participants ont pu visiter le méthaniseur et poser toutes les questions sur son fonctionnement

La seconde journée Innov’action 2022 organisée par la Chambre d’agriculture était consacrée au procédé de méthanisation. La méthanisation poursuit son développement sur notre département. Le procédé est cependant coûteux et sophistiqué sur le plan technique et exige une minutieuse et longue réflexion préalable pour juger de son intérêt et de sa rentabilité.

 

La méthanisation est un procédé aujourd’hui maîtrisé mais qui reste néanmoins très technique

Procédé

La matinée était consacrée au décorticage du procédé qui consiste à faire fermenter en milieu anaérobie des matières organiques. Comme le soulignait Germain L’Hériau de la société NASKEO, le procédé de méthanisation est aujourd’hui techniquement maîtrisé et les équipements au point. En effet, ce sont les matières entrantes qui déterminent la technologie et le statut sanitaire de l’installation. La conjoncture énergétique Française étant très tendue suite au contexte géopolitique international, le Gouvernement encourage le développement de la méthanisation pour améliorer l’autonomie énergétique du pays.

Contrairement à l’Allemagne, l’État Français souhaite privilégier la méthanisation sur base d’effluents d’élevages en proposant un tarif de rachat de l’énergie supérieur.

 

L’exemple du GAEC des Bories

L’après midi était consacré à la visite du méthaniseur du Gaec des Bories. Lionel Fouché présentait la ferme familiale qui regroupe 4 associés et 3 salariés autour de 2650 brebis et 230 truies en système naisseur-engraisseur. La ferme est à 80 % en surfaces fourragères et s’interrogeait sur la valorisation de ses effluents d’élevage qui représentent des volumes importants. Les associés souhaitaient également sécuriser leur revenu et contribuer activement à la transition énergétique du territoire. Ils ont donc décidé de créer une structure nouvelle, la société « Fouchénergie » pour investir dans ce méthaniseur.

Conscients de la nouveauté et de la dimension de cet équipement, les associés du Gaec ont préalablement contacté tous les voisins pour leur présenter le projet et en détailler le fonctionnement. Au démarrage, ils ont aussi organisé une journée portes ouvertes où 40 personnes ont été accueillies pour leur montrer l’unité de méthanisation en toute transparence, une démarche ouverte qui a favorisé l’acceptabilité du projet.

 

La matinée en salle a donné des éléments techniques