• décembre 23, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 303

Gestion collective de l’eau rivière Lot : Maintenir les volumes mobilisés

Gestion collective de l’eau rivière Lot : Maintenir les volumes mobilisés

L’agence de l’eau Adour-Garonne a réuni le 5 décembre à Cahors, tous les usagers de l’eau du bassin de la rivière Lot, dont l’Organisme Unique de Gestion des irrigants. La profession agricole souhaite maintenir les volumes mobilisables.

 

Comme chaque fin d’année, tous les secteurs usagers de l’eau du bassin Lot se sont retrouvés pour dresser le bilan de l’année et préparer la suivante. Des collectivités territoriales aux utilisateurs de loisirs aquatiques ou aux irrigants, ils étaient tous réunis à Cahors pour ce comité de bassin Lot.

 

Prélèvements agricoles

Rappelons que le bassin de la rivière comprend six départements qui comptent 22 000 hectares irriguées, dont la moitié sur le seul Lot-et-Garonne. Les principales missions de l’OUGC, piloté par la Chambre d’agriculture du Lot, consistent à collecter et déposer les autorisations de prélèvement, établir le plan de répartition des volumes attribués, donner un avis sur la création de nouveaux ouvrages et participer au bilan annuel.

 

Situation exceptionnelle

Malgré ces volumes d’eau consommés, les récoltes 2022 présentent un déficit fourrager de 35 à 45 %, les maïs semence un défaut de pollinisation et les fruits récoltés des calibres inférieurs et des défauts dus à l’échaudage. Elle note que les volumes d’eau consommés cet été sont très élevés, répondant à cet excès climatique, et qu’il serait judicieux de créer de nouvelles réserves pour sécuriser la ressource à l’avenir. En effet, si la rivière Lot a bénéficié des énormes barrages d’amont qui sécurisent son débit estival, la plupart de ses affluents se sont retrouvés à sec.

 

Sylvie Rauffet (présidente O.U. Lot)

« maintenir les volumes prélevables »

« Notre Organisme Unique travaille à répartir les volumes prélevables de façon équitable pour répondre aux besoins de tous les irrigants de ce vaste bassin. Nous les gérons au plus juste, année après année, et tout se passe globalement bien. Nous récupérons les volumes des agriculteurs qui irriguent moins ou sont en fin de carrière pour les réattribuer aux nouveaux irrigants. Jusqu’à présent on a réussi à servir tout le monde en ajustant ces attributions. Mais cette année est marquée par le renouvellement de l’AUP (Autorisation de prélèvement) et l’administration voudrait nous baisser le volume global prélevable ! Nous ne sommes pas d’accord et réclamons le maintien de ces volumes. La sécheresse et la canicule de cet été ont démontré la nécessité vitale de disposer de cette eau pour assurer les récoltes. Avec le changement climatique désormais bien visible, et les déficits hydriques qu’il engendre, ce n’est pas le moment de nous limiter l’accès à l’eau. De plus, on dispose déjà d’une gestion estivale hebdomadaire en cas de tension sur la ressource et cela permet de limiter les prélèvements en s’adaptant à la météo. Nous attendons donc la décision préfectorale en espérant la reconduction à l’identique de notre volume prélevable… »