• décembre 26, 2022
  • Aucun Commentaire
  • 615

Influenza aviaire : Un foyer en Dordogne sur Saint Geniès 10 communes Lotoises en zone réglementée

Influenza aviaire : Un foyer en Dordogne sur Saint Geniès 10 communes Lotoises en zone réglementée

Au 20 décembre, sept élevages avicoles sont touchés par le virus de la grippe aviaire sur la commune de Saint Geniès au nord de Sarlat. La zone réglementée s’étend jusqu’à dix communes Lotoises jouxtant la Dordogne.

 

Après la reprise sévère de l’épidémie d’influenza aviaire sur la Vendée et l’ouest de la France, le virus continue de progresser de façon aléatoire sur tout le sud-ouest. On note des cas isolés sur plusieurs départements, Lot et Garonne, Tarn, Landes… Malheureusement, un foyer plus consistant s’est déclaré début décembre sur la commune Périgourdine de Saint Geniès. Nous en sommes à sept élevages touchés au 20 décembre, principalement de palmipèdes mais aussi de volailles de chair.

Zone réglementée

Aussitôt, une zone réglementée a été définie pour tenter de limiter la propagation du virus. Elle concerne le périmètre habituel qui comprend toutes les communes voisines de Dordogne et s’étend sur dix communes Lotoise : Gignac, Masclat, Cressensac, Lamothe-Fénelon, Nadaillac-de-Rouge, Cuzance, Souillac, Le Roc, Lanzac, Lachapelle-Auzac. Sur ces dix communes, les mesures de biosécurité sont renforcées :

*obligation de mettre à l’abri tous les oiseaux des exploitations commerciales ou non commerciales, et de protéger leurs alimentations et leurs abreuvements.

*l’accès de ces élevages est limité aux seules personnes indispensables aux soins des oiseaux, avec les équipements adéquats.

*la surveillance des oiseaux est renforcée tant visuellement qu’avec des autocontrôles : prélèvements supplémentaires sur les bâtiments, les poussières…

*la mise en place de nouvelles volailles est conditionnée à un audit avec résultat positif.

*Tous les mouvements de palmipèdes et de gibier à plume sont conditionnés à la réalisation de contrôles renforcés, notamment avant leur départ pour l’abattoir.

*renforcement des visites des élevages par les vétérinaires et contrôles sanitaires.