• février 24, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 282

Union d’ASA : Les irrigants inquiets face à la flambée de l’électricité

Union d’ASA : Les irrigants inquiets face à la flambée de l’électricité

Les responsables d’ASA étaient réunis à la Chambre d’agriculture à Cahors

Les associations d’irrigants sont très inquiètes pour préparer la saison 2023 car les tarifs de l’électricité s’envolent. L’union d’ASA vient de renégocier au mieux les prix pour cette année. Un doublement est à prévoir, ce qui aura des conséquences sur la facturation du m³ d’eau livré.

Les responsables des diverses Associations Syndicales Autorisées étaient réunis à la maison de l’Agriculture le 30 janvier pour préparer la prochaine saison 2023. Le président de l’Union, Jean Marie Laporte, et son équipe ont fait le point sur l’évolution des tarifs de l’électricité, la principale variable annuelle qui conditionne le prix du m³ d’eau pour les irrigants. Rappelons que l’Union d’ASA avait adhéré en 2016, suite à la fin des tarifs réglementés sur les contrats supérieurs à 36 K VA, au groupement d’achat d’électricité porté par la CACG, qui avait réussi à obtenir des contrats de fourniture d’électricité à des tarifs vraiment intéressants jusqu’en 2022. Mais ces contrats arrivant à terme et devant l’état de crise aigu du marché de l’électricité, les dirigeants d’ASA étaient très inquiets, d’autant que certains fournisseurs proposaient des hausses de tarifs hallucinantes! Au final, et c’est ce qu’il faut retenir, l’augmentation sera nettement moindre mais aboutira quand même au doublement des tarifs pour 2023.

 

Impact sur les irrigants

Les responsables d’ASA soulignaient que le poste électricité reste le plus important de leurs charges, représentant au moins la moitié du coût de revient du m³ d’eau. Ce doublement du prix va donc se traduire par une hausse conséquente du prix facturé à l’usager. Ils craignent que certains usagers rencontrent des difficultés pour équilibrer leur budget, d’autant que les charges d’exploitation ne cessent d’augmenter alors que la valorisation des productions diminue. Par ailleurs, le tarif de l’électricité s’avère encore plus cher en période hivernale. Il faut donc veiller à bien programmer les périodes de reconstitution des réserves. Afin d’amortir au maximum cette hausse, il est également conseillé de prioriser autant que possible les consommations en heures creuses (entre 22 H et 6 H du matin) et de détecter et résorber les fuites sur les réseaux.

 

Les tarifs d’électricité vont doubler sur l’année 2023

 

Optimiser l’eau

L’union d’ASA propose aussi des services pour mieux gérer l’eau. Elle a ainsi lancé une commande groupée de compteurs d’eau avec des prix vraiment très attractifs. Cela permet de changer les vieux compteurs pour un coût intéressant. De même, elle propose des commandes groupées de stations météo individuelles dont s’équipent certaines ASA. Celles-ci permettent de mieux affiner les volumes d’irrigation selon les parcelles. Enfin, plusieurs directeurs d’ASA dénoncent le zèle des contrôleurs de la DDT qui sont venus mesurer les débits réservés à la sortie des retenues collinaires alors que les cours d’eau ne recommencent à couler que depuis quelques jours. Les irrigants ne comprennent pas cet acharnement administratif et les éventuelles pénalités qui s’en suivront.