• mars 10, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 2103

Lutte contre les organismes nuisibles : La détection de la flavescence dorée porte ses fruits

Lutte contre les organismes nuisibles : La détection de la flavescence dorée porte ses fruits

La FDGDON (Fédération Départementale de lutte contre les Organismes Nuisibles) dresse un bilan positif de la lutte contre la flavescence dorée de la vigne, un programme qui connaît de bons résultats et va être poursuivi.

 

Réunis en assemblée générale le 24 janvier à Cahors, les membres de la FDGDON ont passé en revue les principaux programmes de gestion des organismes nuisibles. Constituée en 2019 par les organisations agricoles, cette association a pour objet la surveillance et les plans de lutte contre les grands ravageurs des végétaux. Elle est présidée par Christophe Francen, vigneron sur l’appellation Cahors.

 

Flavescence dorée

La FDGDON porte l’organisation du programme annuel de détection de la flavescence. Celui-ci s’est poursuivi à l’automne 2022 avec 1350 ha prospectés. 668 ceps ont été identifiés malades dont 218 par le bois noir. Depuis le lancement de cette opération, en 2016, plus de 10000 ha de vignes ont été prospectés, soit deux fois la totalité du vignoble Lotois. Au total, 8569 ceps ont été identifiés malades et arrachés. A ce jour, toutes les communes viticoles ont été passées. Trois d’entre elles présentant des foyers importants et sont classées en zone avec trois traitements obligatoires : Parnac, Pradines et Mercuès. Toutes les autres communes sont dans la catégorie avec un à trois traitements aménageables. Néanmoins, des foyers ont été repérés sur la commune de Glanes amenant à s’interroger sur son passage en catégorie 1 avec les trois traitements obligatoires.

Enfin, aucune commune n’est classée indemne. L’opération de détection menée en 2022 montre une nette diminution du nombre de ceps contaminés, preuve de l’efficacité de ce programme. La FDGDON a donc décidé de le poursuivre en 2023 sur le même fonctionnement mais avec l’utilisation de l’application Vigiflav. Elle a également prospecté la présence du bois noir, une maladie aux symptômes identiques à la flavescence. Il s’avère qu’elle est surtout présente sur les plants de jeunes chardonnay âgés de moins de quinze ans. Toutefois, cette maladie semble réversible dans le temps sur certains ceps, ce qui nécessite davantage d’observations avant de décider de leur arrachage.

 

Sharka

C’est la FDGDON du Tarn et Garonne qui s’occupe de la détection de cette maladie virale de l’espèce Prunus (pruniers, pêchers, abricotiers). Elle a prospecté les communes du Quercy blanc où ces arbres fruitiers sont présents. Sur 46 ha contrôlés, un seul arbre a été identifié malade , ce qui reste marginal. De fait, on constate une nette régression de cette maladie sur les vergers de la région grâce à cette opération de détection et d’arrachage des arbres contaminés.

 

Bactérie Xyllela Fastidiosa

Bactérie tropicale arrivée en Europe il y a quelques années, elle inquiète surtout les producteurs d’olives. Elle est déjà présente sur les départements du Gard, de l’Aude, et aux limites de la Haute Garonne et de l’Ariège. Mais le Lot reste indemne. Elle peut s’attaquer aux oliviers, amandiers sauvages, et même au lavandin, provoquant un dépérissement. C’est désormais un organisme de quarantaine obligatoire à éradiquer.

 

Campagnol des champs

Jean Jacques Evard, responsable du GDS, faisait également un point sur la présence du campagnol terrestre qui fait aujourd’hui d’énormes dégâts sur certaines zones du massif central (Cantal, Nord Aveyron…). Sur notre département, il est présent sur les communes du Ségala-Limargue central, avec des dégâts variables qui touchent certaines parties du territoire. La profession a demandé au FMSE un dispositif d’indemnisation des pertes qui peuvent être lourdes. A ce jour, la lutte est possible avec le raticide Ratron GW à enfouir dans les zones contaminées avant le 5 mars.