• mars 30, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 618

CIAM : Baisse de l’activité sur fond de mal-être des éleveurs

CIAM : Baisse de l’activité sur fond de mal-être des éleveurs

La Coopérative d’Insémination Animale de Montauban (CIAM) a tenu son assemblée générale le 17 février à Nègrepelisse, sous la présidence d’André Bouby.

 

L’occasion pour les participants, éleveurs et représentants des organismes partenaires, d’entendre le bilan technique et financier de l’exercice 2021/2022 et d’en débattre. La partie statutaire a été complétée par un exposé informatif. Virginie Banzy, la responsable administrative de la coopérative a présenté le rapport d’activité pour la période allant du 1er octobre 2021 au 30 septembre 2022. En ce qui concerne l’insémination bovine, cœur de métier de la CIAM, 8 297 inséminations ont été réalisées, 2 068 de moins que lors de l’exercice précédent, soit une baisse de près de 20%. Le bilan des inséminations premières (ou de rang1) se révèle également en diminution (4 522), dans les mêmes proportions. Le IA de rang 1 représentent 55% des IA totales, celles de rang 2, 24%. Les éleveurs choisissent majoritairement (85%) la formule « IA + 2 retours ». Le« taux paillette » global de l’exercice est de 1,83, en diminution d’un point par rapport à l’exercice 2020/2021.

 

L’insémination des laitières décroche

En entrant dans le détail, il apparaît que la répartition des inséminations, entre vaches laitières et allaitantes, respectivement de 77% et 23%, n’a pas évolué. La diminution du nombre d’IA totales concerne plus fortement le troupeau laitier qui perd 1 661 inséminations (- 21%). Au niveau des races, les vaches inséminées sont majoritairement des Prim’Holstein (57%) suivies des Blonde d’Aquitaine (17%).

 

Davantage de croisements en troupeau laitier

Les taureaux laitiers représentent 45% des 8 207 IA totales, les taureaux pour croisement lait se placent en seconde position (31%) suivis des taureaux allaitants (21%). Les taureaux de race Prim’Holstein ont été utilisés pour 37% des inséminations mais marquent le pas. Un constat qui traduit la hausse du croisement en cheptel laitier mais aussi le recours aux doses sexées et au génotypage pour le renouvellement. Au total, l’activité insémination bovine représente 61,67% du chiffre d’affaires de la CIAM. L’activité du service parage, qui génère 19,09% de l’activité de la coopérative, s’est quant à elle maintenue : « la demande est là ! » a commenté Virginie Banzy. Quant aux constats de gestation (fouilles et échographies), leur nombre a baissé sur cet exercice, en lien avec celle des inséminations bovines. « Il y a un très important mal-être chez les éleveurs. » s’est désolé le président André Bouby. Baisse d’activité et du chiffre d’affaires d’un côté, augmentation du prix des doses et des charges de l’autre, la CIAM termine l’exercice sur un résultat négatif : « On sous-facture pour soutenir les éleveurs. » a conclu le président, ne cachant pas son inquiétude pour l’avenir de l’élevage.

Action Agricole du Tarn et Garonne