• mai 18, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 228

Le bureau de la Chambre Régionale d’agriculture à Cahors

Le bureau de la Chambre Régionale d’agriculture à Cahors

La Chambre Régionale d’agriculture qui réunit les représentants des treize départements d’Occitanie a tenu un bureau à Cahors les 24 et 25 avril. Son président, Denis Carretier, et le président de la Chambre d’agriculture du Lot, Christophe Canal, avaient invité tous les présidents et directeurs des différents départements pour discuter des sujets agricoles d’actualité. Denis Carretier précise « nous tenons à réaliser un bureau sur deux de façon décentralisée dans les différents départements afin de venir au plus près des réalités agricoles de chacun ».

 

Une actualité chargée

L’ordre du jour était chargé pour ce bureau qui a abordé les grands sujets qui impactent aujourd’hui l’agriculture régionale, de la préparation de la loi d’orientation agricole à la conjoncture économique ou la gestion de l’eau. Denis Carretier revient sur la nouvelle loi en préparation « Les Chambres d’agriculture ont constitué trois groupes de travail pour faire des propositions concrètes au Ministre : un groupe Orientation et formation, un autre sur l’installation/transmission et un dernier sur l’adaptation au changement climatique. Nous lui avons présenté nos conclusions lors de sa venue à Toulouse le 17 avril. Il nous a écouté et j’espère qu’il en retiendra l’essentiel… » Concernant l’instruction des dossiers d’installation désormais confiée à la Région, il souligne « la mise en place des équipes administratives a déjà pris du retard au Conseil Régional. Il faut accélérer pour ne pas pénaliser les candidats qui veulent s’installer. Il faut surtout alléger et simplifier le montage de ces dossiers. Nous créons un groupe de travail entre techniciens des Chambres et de la Région pour aller dans ce sens… »

Autre sujet abordé par ce bureau, d’une actualité criante, le manque d’eau pour cet été. Denis Carretier précise la position professionnelle « nous voulons sortir de l’opposition de posture entre les différents usagers de l’eau. Tout le monde a besoin d’eau et tout le monde a intérêt à en avoir suffisamment, les communes, les paysans, les pêcheurs ou EDF. Alors mettons les moyens pour mieux la stocker et mieux la valoriser. Aujourd’hui, les innovations permettent d’adapter nos cultures au changement climatique et il faut accompagner cette évolution… »

La crise de la filière Bio a aussi été abordée par la Chambre régionale comme le souligne le Président« Ces dernières années, nous avons fait convertir un grand nombre d’agriculteurs au bio, mais la conjoncture économique impacte cette filière. Je pense que nous devons mettre un frein sur les conversions car le marché n’est plus capable d’absorber tous ces volumes de produits bio. Nous devons d’abord consolider les exploitants déjà en bio et tenter d’éviter les déconversions qui commencent ici ou là… »

Enfin, la conjoncture économique inquiète la profession avec une flambée inédite des charges d’exploitations, notamment du coût de l’énergie (carburants, électricité…) et Denis Carretier interpelle le Gouvernement « les exploitations grosses consommatrices d’énergie comme les irrigants ou les producteurs de fruits, doivent pouvoir bénéficier d’un bouclier tarifaire. Sinon, leurs coûts de production ne seront pas couverts par leurs prix de vente, mettant en péril leurs marges bénéficiaires… »