• juillet 7, 2023
  • Aucun Commentaire
  • 778

Ovilot : Trentième anniversaire du schéma génétique et de la F1 46

Ovilot : Trentième anniversaire du schéma génétique et de la F1 46

Tous les acteurs de la filière ovine Lotoise étaient présents pour célébrer ce trentième anniversaire et rebaptiser la brebis F1 46 en « blanche des causses »

La F1 46, désormais renommée « blanche des causses », était à l’honneur lors de l’assemblée générale d’Ovilot le 15 juin à Fontanes du causse. Toute la filière ovine a fêté son trentième anniversaire et le succès du schéma génétique, socle de l’agneau fermier du Quercy.

 

L’organisme de sélection Ovilot, présidé par Pierre Fouché, avait invité tous les acteurs de la filière mais aussi tous ceux qui se sont impliqués dans le lancement du schéma génétique il y a trente ans. Un moment fort pour se souvenir de cette aventure technique collective qui fut le socle du succès de l’agneau fermier du Quercy. Pierre Fouché et tous les fondateurs du projet ont rappelé que cette initiative était pourtant osée et ambitieuse « l’organisation n’était pas simple à mettre en place car il nous a fallu convaincre les éleveurs d’accepter un système très collectif avec des règles strictes définissant les rôles bien précis de chacun et le respect d’une discipline collective ! ». Son succès fut le fruit d’une volonté et d’une dynamique commune portée par toutes les organisations agricoles Lotoises, Organisations de Producteurs, Chambre d’agriculture, Syndicalisme. Un schéma génétique qui fut ensuite pris en exemple au niveau national et assura le succès de l’agneau fermier du Quercy devenu le premier label ovin de France.

Cette assemblée générale exceptionnelle a réuni les producteurs actuels mais aussi les anciens fondateurs
du schéma génétique Lotois

 

Nouveau nom

A l’occasion de ce trentième anniversaire, Ovilot a souhaité marquer l’événement en trouvant un nom plus proche du terroir pour la brebisF1 46. Un appel a été lancé aux éleveurs et techniciens pour choisir parmi différents noms possibles. Plus d’une centaine de votants ont exprimé leur choix et la majorité absolue s’est prononcée pour « blanche des causses ». Elle a donc été officiellement baptisée par les responsables d’Ovilot sous les applaudissements de toute la filière ovine et des personnalités politiques réunies pour l’occasion. Auparavant, fut rappelée toute l’histoire de la mise en place de ce schéma génétique original, à double étage, et destiné à améliorer la conformation bouchère des carcasses d’agneaux commercialisées. Un schéma qui s’appuie sur la sélection génétique de brebis F1,croisement de Caussenardes avec des béliers Ile-de-France, possédant de réelles qualités d’élevage (valeur laitière, prolificité), sans dénaturer les atouts de la Caussenarde, notamment son aptitude au désaisonnement. L’objectif était de remplacer 50 000 brebis causses du Lot par des F1 46 en assurant de façon organisée et collective la production d’agnelles nécessaires à ce renouvellement. Mission accomplie avec succès.

 

Activité stable

L’équipe technique d’Ovilot a présenté les résultats de l’année 2022. Le nombre d’éleveurs est stable, 63 producteurs détenant en moyenne 586 brebis qui produisent 919 agneaux. La productivité moyenne est de 1,6, un bon niveau. L’âge moyen des brebis à la première mise bas est de 18 mois, le taux de mortalité des agneaux de 12 %, et l’âge moyen de réforme des brebis de 4,8 années. La prolificité sur tous les agnelages, quelle que soit la méthode de reproduction, varie cette année. En Caussenarde, Romane et Lacaune, elle augmente. En BMC, OIF, Charollaise, elle est stable. Sur le plan commercial, l’année 2022 connaît une nette augmentation du nombre d’animaux commercialisés ( + 222 ) par rapport à 2021, mais ce volume apparaît stable sur la durée depuis 2018. Dans le détail, les ventes d’agnelles Caussenardes augmentent, ainsi que les BMC mais sont stables en F1 46. Enfin, 87 % des agnelles sont vendues sur le Lot, le reste étant exporté sur d’autres départements, dont la Picardie qui reconstitue un cheptel ovin.

 

Projets d’avenir

Pierre Fouché remerciait toute l’équipe d’Ovilot ainsi que les nombreux partenaires pour ces bons résultats. Il invitait les jeunes éleveurs ovins à rejoindre l’organisme pour s’intégrer dans le schéma de sélection et préparer son avenir. Plusieurs nouveaux éleveurs sont d’ailleurs entrés dans les différentes commissions de travail. Ovilot a également lancé des projets pour préparer cet avenir à différents niveaux. c’est d’abord la participation au programme de génotypage ovin régional « ovigen » destiné à améliorer la précision des index génétiques. Une sélection génomique plus performante mais qui coûte cher et ne sera rentabilisée que sur le long terme. Ovilot expérimente également le vieillissement collectif des agnelles en plein air sur les zones en déprise du département, en partenariat avec Transhumance en Quercy. Les premiers résultats techniques sont bons puisque leur croissance est très proche de celles élevées en bergerie. Le bilan économique est aussi intéressant grâce au montage de l’opération. Enfin, Ovilot mène un projet commun avec le Parc Naturel Régional des causses du Quercy et d’autres acteurs locaux pour améliorer la valorisation de la race des causses du Lot. Il intègre l’évolution des pratiques d’élevage pour répondre aux nouvelles attentes sociétales, la démarcation de la viande des animaux caussenards et la création d’un espace test pour favoriser le renouvellement des générations d’éleveurs. Autant de projets qui permettent à l’organisme de sélection de se projeter vers demain et qui font dire au président Pierre Fouché « notre engagement collectif a démontré son efficacité, il faut continuer à innover pour préparer l’avenir de notre race, de notre schéma génétique, et finalement de toute notre filière ovine qui reste le socle de notre beau territoire… »